25 octobre 2017 / 19:54 / dans 2 mois

Trump n'envisage pas de nommer Cohn président de la Fed

WASHINGTON (Reuters) - Gary Cohn, principal conseiller économique de Donald Trump, a très peu de chances de figurer sur la liste des candidats potentiels pour prendre la présidence de la Fed, son rôle étant jugé déterminant pour la réussite du projet de réforme fiscale, a indiqué mercredi un responsable américain.

Gary Cohn (photo), principal conseiller économique de Donald Trump, a très peu de chances de figurer sur la liste des candidats potentiels pour prendre la présidence de la Fed, son rôle étant jugé déterminant pour la réussite du projet de réforme fiscale, a indiqué mercredi un responsable américain. /Photo prise le 19 octobre 2017/REUTERS/Kevin Lamarque

Lors de consultations mardi entre les sénateurs républicains et le président américain, le nom de Gary Cohn a été évoqué ainsi que celui de l‘ancien gouverneur de la Fed, Kevin Warsh.

“Aucune décision n‘a été prise et aucun candidat n‘a été exclu mais le rôle de Gary est trop important pour faire aboutir la réforme de la fiscalité”, a déclaré ce responsable de l‘administration Trump.

Lors de son entrevue avec les sénateurs, Donald Trump a indiqué se concentrer sur les candidatures de John Taylor, économiste à Stanford, de Jerome Powell, gouverneur de la Fed, et de l‘actuelle présidente de la Fed, Janet Yellen.

Donald Trump envisage de faire connaître son choix avant d‘entamer sa tournée en Asie le vendredi 3 novembre afin de donner le temps suffisant au Sénat pour confirmer cette nomination.

Selon une source informée du dossier, l‘annonce ne devrait pourtant pas intervenir cette semaine.

De même source, on précise que Donald Trump a interrogé les sénateurs qu‘il a rencontrés sur leur préférence entre Taylor et Powell et ces derniers auraient exprimé un large soutien à Taylor.

Gary Cohn avait provoqué l‘irritation de Donald Trump en critiquant la manière dont le président américain avait réagi aux violences commises lors d‘une manifestation de militants de l‘alt right à Charlottesville en août.

Les deux hommes semblent avoir aplani leurs divergences au cours des dernières semaines, Donald Trump louant l‘utilité de son conseiller dans la conduite du projet de réforme de la fiscalité qu‘il entend faire adopter avant la fin de l‘année.

Si le maintien de Janet Yellen n‘est pas exclu, Trump a fait savoir qu‘il était favorable à un changement à la tête de la Réserve fédérale.

Steve Holland; Pierre Sérisier pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below