25 octobre 2017 / 11:18 / il y a 2 mois

Allemagne: Les entreprises font fi des risques politiques

MUNICH (Reuters) - Le climat des affaires est au beau fixe en Allemagne, ce qui laisse supposer que la première économie européenne a abordé en force le dernier trimestre de l‘année, avec un sentiment d‘euphorie régnant en particulier dans les secteurs de l‘industrie et du bâtiment.

À Francfort. Le climat des affaires est au beau fixe en Allemagne, ce qui laisse supposer que la première économie européenne a abordé en force le dernier trimestre de l'année, avec un sentiment d'euphorie régnant en particulier dans les secteurs de l'industrie et du bâtiment. /Photo d'archives/REUTERS/Kai Pfaffenbach

Après deux mois consécutifs de recul, l‘indice du moral des entrepreneurs calculé par l‘institut munichois Ifo à partir d‘un échantillon de 7.000 entreprises a grimpé au record de 116,7 en octobre, contre 115,3 en septembre (115,2 en première estimation).

Les économistes interrogés par Reuters l‘attendaient à un niveau égal à la première estimation de septembre, les prévisions variant de 114,8 à 116,0.

“Les entreprises sont très optimistes pour les mois à venir. Elles ont également revu à la hausse leur évaluation sur leur situation actuelle”, déclare Clemens Füst, le directeur de l‘institut, dans un communiqué.

Les entrepreneurs jugent plus favorablement que prévu leurs conditions d‘activité, avec un sous-indice de 124,8, dépassant le consensus le donnant à 123,5, contre 123,7 en septembre.

Ils ont également une évaluation plus optimiste de leurs perspectives sur les mois à venir, le sous-indice les mesurant ressortant à 109,1 contre 107,5 (consensus: 107,3).

Klaus Wohlrabe, économiste de l‘Ifo, a observé que l‘économie passait outre les difficiles négociations que tient la formation politique de la chancelière Angela Merkel avec deux partis d‘opposition en vue de former une coalition gouvernementale.

“L‘économie allemande montre qu‘elle ne souffre pas de la situation politique”, a-t-il dit, faisant référence aux discussions ouvertes à la suite des élections législatives du mois dernier.

Il a ajouté que les entreprises allemandes semblaient également immunisées contre d‘autres risques, à savoir le futur départ de la Grande-Bretagne de l‘Union européenne, la crise catalane et la réforme fiscale attendue aux Etats-Unis.

Si l‘indice progresse encore en novembre, il faudra peut-être revoir les prévisions de croissance, a-t-il poursuivi.

Les grands instituts de conjoncture allemands ont relevé leur prévision de croissance pour cette année à 1,9% contre 1,5% précédemment.

Un taux d‘emploi record, des salaires réels en hausse et des coûts d‘emprunt ultra-bas dopent une croissance portée par la consommation des ménages, ce qui contribué à la reconduction d‘Angela Merkel pour une quatrième mandat le 24 septembre dernier.

Jörg Krämer, chef économiste de Commerzbank, a dit que le cycle économique positif de l‘Allemagne devrait durer grâce à la politique monétaire ultra-accommodante de la Banque centrale européenne (BCE).

“Nous ne sommes pas dans un cycle économique normal”, écrit-il, dans une note à la clientèle. “Aucune perturbation en vue car la politique monétaire de la BCE, trop relâchée au goût de l‘Allemagne, stimulera l‘économie pendant encore quelques années”.

avec Jörn Poltz,; Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below