16 octobre 2017 / 11:22 / dans 2 mois

L'Europe monte avec la Chine, le risque catalan pèse à Madrid

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent en légère hausse lundi à mi-séance, soutenues par le secteur des ressources de base dans le sillage d‘indicateurs chinois jugés rassurants pour la santé de la deuxième économie du monde.

Les principales Bourses européennes évoluent en légère hausse lundi à mi-séance, soutenues par le secteur des ressources de base dans le sillage d'indicateurs chinois jugés rassurants pour la santé de la deuxième économie du monde. À Paris, le CAC 40 gagne 0,12% à 5.358,34 points vers 10h54 GMT. À Francfort, le Dax avance de 0,14% et à Londres, le FTSE grappille 0,05%. /Photo prise le 15 août 2017/REUTERS/Neil Hall

Plusieurs dossiers politiques animent par ailleurs la séance, avec une hausse du pétrole sur fond de nouvelles tensions au Moyen-orient et une baisse de la Bourse de Madrid en raison des craintes entourant la Catalogne.

À Paris, le CAC 40 gagne 0,12% à 5.358,34 points vers 10h54 GMT. À Francfort, le Dax avance de 0,14% et à Londres, le FTSE grappille 0,05%. L‘indice paneuropéen FTSEurofirst 300 prend 0,13%, l‘EuroStoxx 50 de la zone euro 0,03% et le Stoxx 600 0,06%.

Cette tendance légèrement positive devrait se poursuivre à Wall Street, où les contrats à terme sur les indices de référence signalent une progression allant jusqu‘à 0,1%.

En Europe, le compartiment des ressources de base grimpe (+1,67%) avec la hausse des cours des métaux à la faveur d‘indications favorables sur l‘économie chinoise: les prix à la production ont notamment affiché un bond inattendu de 6,9% en rythme annuel en Chine, grâce entre autres à la vigueur de la demande dans le secteur de la construction.

Le gouverneur de la Banque populaire de Chine (BPC), Zhou Xiaochuan, a en outre dit anticiper une croissance de 7% au second semestre, soit un peu plus que le taux de 6,9% dégagé le semestre précédent, défiant ainsi les anticipations de beaucoup d‘économistes et d‘investisseurs.

Ces éléments interviennent à quelques jours du début du congrès du Parti communiste au pouvoir, qui devrait reconduire l‘actuel secrétaire général et président de la République populaire, Xi Jinping.

MADRID ET L‘EURO BAISSENT AVEC LE DOSSIER CATALAN

Du côté des valeurs individuelles, les plus fortes baisses du Stoxx sont pour le britannique ConvaTec et l‘espagnol Siemens Gamesa qui perdent respectivement 21,1% et 6,5% après avoir chacun revu à la baisse leurs prévisions de résultats annuels.

A la hausse à Paris, M6 gagne 3,15%, dopé par le relèvement de la recommandation de HSBC, tandis qu‘Innate Pharma(+3%) profite de la publication de résultats cliniques.

En tête du CAC 40, Carrefour monte de 1,49% après l‘annonce de la nomination comme directeur financier de Matthieu Malige, qui occupait jusqu‘ici le même poste chez Fnac Darty (-1,27%).

A Madrid, l‘indice Ibex 35 recule de 0,74%, affecté par les craintes entourant une éventuelle sécession de la Catalogne. Le gouvernement espagnol a estimé lundi que le président de l‘exécutif catalan Carles Puigdemont ne lui avait pas répondu sur le fait de savoir s‘il avait ou non déclaré l‘indépendance de la Catalogne, et lui a donné jusqu‘à jeudi pour clarifier sa position.

Sur le marché obligataire, l‘écart de rendement entre les obligations d‘Etat espagnoles à 10 ans et celles allemandes de même échéance s‘est creusé à 121 points de base, contre 118 vendredi.

De son côté, l‘euro recule de 0,18% face au dollar, pour retomber sur le seuil de 1,18 dollar, au plus bas depuis près d‘une semaine.

Sur le marché pétrolier, les cours du brut grimpent de plus de 1%, le baril de Brent évoluant à plus de 58 dollars et celui du brut léger américain à plus de 52 dollars, après la décision de Donald Trump de ne plus “certifier” l‘accord international sur le nucléaire iranien.

Les tensions au Moyen-Orient restent fortes également en raison de l‘opposition entre Bagdad et les Kurdes. Le gouvernement irakien a accusé dimanche les autorités du Kurdistan irakien d‘avoir acheminé à Kirkouk des combattants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), organisation considérée comme terroriste. La présence du PKK à Kirkouk constitue une “déclaration de guerre”, a affirmé le gouvernement irakien.

Edité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below