11 octobre 2017 / 13:47 / il y a 2 mois

L'Opep relève encore sa prévision de la demande de pétrole

LONDRES (Reuters) - L‘Opep a encore relevé sa prévision de la demande pour son pétrole en 2018 et a indiqué que l‘accord d‘encadrement de la production avait permis de réduire les excédents, une évolution susceptible, selon l‘organisation, de déboucher sur une offre déficitaire sur le marché mondial l‘an prochain.

L'Opep a encore relevé sa prévision de la demande pour son pétrole en 2018 et a indiqué que l'accord d'encadrement de la production avait permis de réduire les excédents, une évolution susceptible, selon l'organisation, de déboucher sur une offre déficitaire sur le marché mondial l'an prochain. /Photo prise le 30 septembre 2017/REUTERS/Darrin Zammit Lupi

Dans son rapport mensuel publié mercredi, l‘Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) estime que la demande mondiale pour son pétrole atteindra 33,06 millions de barils par jour (bpj) l‘an prochain, soit 230.000 de plus que la précédente prévision, grâce notamment à une baisse des stocks de distillats à l‘approche de l‘hiver.

Il s‘agit de sa troisième révision de suite de sa projection, déjà relevée dans ses rapports mensuels d‘août et de septembre par rapport à la première estimation faite en juillet.

L‘organisation, qui regroupe 14 pays, indique également que sa production au mois de septembre, selon les estimations de sources secondaires, a été inférieure à sa prévision de la demande, même si la production a légèrement augmenté.

“Avec l‘arrivée de la saison hivernale, les approvisionnements en distillats sont particulièrement tendus, ce qui représente un changement par rapport aux stocks excédentaires observés ces deux dernières années”, a déclaré l‘Opep dans son rapport.

“L‘Opep et d‘importants producteurs de pétrole non-Opep continuent de réduire avec succès les barils excédentaires sur le marché pétrolier”.

Le Brent de la mer du Nord s‘échange mercredi à près de 57 dollars le baril, mais son cours est toujours de moitié inférieur au pic touché à la mi-2014.

En réponse à la chute des cours du brut, l‘Opep et onze pays extérieurs au cartel, dont la Russie, ont convenu de réduire leur production de 1,8 million de bpj jusqu‘en mars 2018 afin de rééquilibrer le marché.

FREINS AUX SCHISTES AMÉRICAINS

L‘Opep a réduit son estimation de la croissance de l‘offre en provenance des pays non membres pour l‘an prochain, tablant sur une hausse de 940.000 bpj, contre un million dans sa prévision précédente.

Le rapport évoque des freins susceptibles d‘affecter en 2018 la croissance des extractions des producteurs de schistes américains, comme une inflation des coûts et une baisse de rendement dans les forages. La hausse des extractions de schiste américains depuis trois ans explique en partie l‘offre excédentaire que l‘Opep s‘emploie aujourd‘hui à réduire.

“Les prévisions d‘approvisionnement pour l‘an prochain seront révisées à la baisse si la hausse des prix du pétrole et la baisse des coûts ne se matérialisent pas”, indique le rapport.

“Les prix du pétrole devraient se maintenir entre 50 et 55 dollars l‘année prochaine. Une hausse au-dessus de ce niveau inciterait les producteurs de pétrole américains à étendre leurs activités de forage, tandis qu‘une baisse pourrait les conduire à réduire leurs investissements”, ajoute le rapport.

Cette fourchette de prix, mentionnée à la page 45 du rapport de 96 pages, est une hypothèse et non une prévision, précisent les sources de l‘Opep car l‘organisation ne donne pas de projections de prix.

Les chiffres montrent, selon les calculs de Reuters, que l‘Opep a respecté à hauteur de 98% son accord de réduction de la production le mois dernier, à comparer à un taux de conformité de 83% en août.

L‘organisation a annoncé avoir pompé 32,75 millions de bpj en septembre, soit environ 89.000 de plus par rapport à août.

L‘Arabie saoudite, principal producteur de l‘Opep, a déclaré avoir produit 9,973 millions de bpj en septembre, soit une hausse d‘environ 22.000 par rapport à août, mais ce chiffre reste inférieur à l‘objectif de 10,058 millions de bpj qui lui a été fixé.

Si l‘Opep continue à extraire du pétrole à des niveaux similaires à ceux de septembre, le marché pourrait se retrouver en déficit l‘an prochain, indique le rapport.

Selon l‘Opep, les stocks dans les économies développées ont diminué de 24,7 millions de barils en août à 2,996 milliards de barils, soit 171 millions de barils de plus que la moyenne des cinq dernières années.

L‘Opep et ses alliés entendent ramener les stocks à leur moyenne quinquennale et discutent à cette fin d‘une prorogation de l‘actuel accord d‘encadrement de la production.

Claude Chendjou pour le service français, édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below