9 octobre 2017 / 16:33 / dans 2 mois

Les Bourses européennes finissent sur une hausse prudente

PARIS (Reuters) - Londres exceptée, les principales Bourses européennes ont terminé en légère hausse lundi une séance hésitante, l‘élan donné par les plus hauts des marchés chinois et américains ainsi que par un très bon indicateur allemand ayant fini par l‘emporter sur les inquiétudes suscitées par l‘Espagne et la Corée du Nord.

Londres exceptée, les principales Bourses européennes ont terminé en légère hausse lundi. À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 0,11%. À Londres, le FTSE 100 a perdu 0,2%, pénalisé par la remontée de la livre sterling. À Francfort, le Dax a fini sur un gain de 0,16%. /Photo d'archives/REUTERS/Christian Hartmann

À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 0,11% (5,93 points) à 5.365,83 points. L‘indice EuroStoxx 50 a pris 0,2%, le FTSEurofirst 300 0,18% et le Stoxx 600 0,19%.

A Londres, le FTSE 100 a perdu 0,2%, pénalisé par la remontée de la livre sterling avant un nouveau discours de la Première ministre, Theresa May, sur le Brexit.

A Francfort, le Dax a fini sur un gain de 0,16% après avoir touché en séance un nouveau plus haut historique à 12.996,64 points, profitant de l‘annonce d‘une hausse de 2,6%, très supérieure aux attentes, de la production industrielle allemande en août, sa plus forte progression mensuelle depuis plus de six ans.

Auparavant, les principaux marchés actions chinois avaient fini en hausse après une semaine de fermeture, soutenus entre autres par l‘assouplissement des règles de solvabilité imposées à certaines banques.

Madrid affiche pour sa part une progression de 0,5%, le marché actions espagnol ayant regagné une partie du terrain perdu la semaine dernière (-1,9% en cinq séances) au lendemain d‘une manifestation monstre pour l‘unité du pays.

“Les tensions ont diminué par rapport au début de la semaine dernière mais le marché ne fait que reprendre le terrain perdu au début du mois”, note David Madden, de CMC Markets, à propos du risque de voir la Catalogne décréter son indépendance.

Au moment de la clôture en Europe, Wall Street évoluait proche de l‘équilibre mais le Dow Jones et le Nasdaq sont parvenus à inscrire des records en tout début de séance, l‘optimisme semblant rester de mise chez une partie au moins des investisseurs à quelques jours du début de la saison des résultats trimestriels.

REBOND DE SABADELL, RECUL D‘AIRBUS

Aux valeurs en Europe, les banques espagnoles Sabadell et Caixabank ont gagné respectivement 0,91% et 1,4%, le transfert de leurs sièges sociaux respectifs hors de Catalogne ayant en partie rassuré sur leur avenir.

Dans le rouge, Airbus a cédé 2,25%, pénalisé à la fois par les conséquences possibles des enquêtes anti-corruption en cours dans plusieurs pays et par les inquiétudes de certaines investisseurs quant à la capacité de l‘avionneur à tenir ses objectifs de livraisons cette année.

Crédit agricole a perdu 1,16% après les informations du quotidien allemand Handelsblatt évoquant son intérêt pour Commerzbank (+0,39%).

La plus forte baisse du Stoxx 600 revient toutefois au géant allemand des engrais K+S, qui a chuté de 8,2% après la présentation d‘un plan de réorganisation qui a déçu les investisseurs.

Sur le marché des changes, le dollar est pratiquement stable face à un panier de référence de six devises et il reste proche du plus haut de deux mois et demi touché vendredi en réaction aux chiffres mensuels de l‘emploi, la progression marquée du salaire horaire ayant conforté le scénario privilégié de remontée des taux d‘intérêt aux Etats-Unis.

La livre sterling, elle, a repris des couleurs avec les spéculations sur un possible remaniement gouvernemental à Londres susceptible de faciliter les discussions sur le Brexit. Son rebond (+0,5% contre le dollar, +0,4% contre l‘euro) a d‘ailleurs pesé sur la tendance à la Bourse de Londres.

La grande perdante du jour parmi les devises est la livre turque, en recul de plus de 3% face au dollar en raison des tensions diplomatiques croissantes entre Ankara et Washington. La Bourse d‘Istanbul a quant à elle cédé 2,73%. ( et)

Le pétrole se stabilise après les déclarations de responsables de l‘Opep évoquant la possibilité de nouvelles mesures pour rééquilibrer durablement le marché et la tendance à la hausse de la demande mondiale. Le Brent, après avoir touché un plus bas de trois semaines à 55,06 dollar le baril, est remonté à 55,40.

Edité par Bertand Boucey

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below