10 août 2017 / 16:45 / il y a un mois

Suisse: Possible enquête de concurrence sur les horlogers

La Commission de la concurrence (COMCO) pourrait ouvrir une enquête sur des horlogers suisses après avoir reçu des plaintes de centres de réparation indépendants et de clients évoquant des restrictions à la fourniture de pièces de rechange. /Photo d'archives/REUTERS/Arnd Wiegmann

ZURICH (Reuters) - La Commission de la concurrence (COMCO) pourrait ouvrir une enquête sur des horlogers suisses après avoir reçu des plaintes de centres de réparation indépendants et de clients évoquant des restrictions à la fourniture de pièces de rechange, a déclaré à Reuters un responsable de l‘autorité suisse.

Une enquête de la COMCO pourrait déboucher sur une amende et pousser les principaux acteurs de l‘industrie tels que Swatch Group, Richemont et Rolex à proposer des pièces de rechange en dehors de leurs réseaux agréés.

Si les fabricants de montres soutiennent que seuls leurs centres de réparation agréés offrent un service de qualité aux clients, les réparateurs indépendants assurent de leur côté proposer des prestations meilleur marché et souvent plus rapides. Ils ajoutent que les clients devraient être libres de faire ce qu‘ils veulent de leurs montres.

“Nous avons reçu des plaintes de réparateurs indépendants disant n‘avoir plus accès à des pièces détachées, mais aussi de clients mécontents de ne pas pouvoir réparer leurs montres où ils le souhaitaient”, a déclaré jeudi à Reuters le directeur adjoint de la COMCO, Patrik Ducrey.

“Nous effectuons des vérifications préliminaires en ce moment pour déterminer s‘il y a des éléments qui indiquent que les horlogers limitent illégalement l‘accès des réparateurs indépendants aux pièces détachées. D‘ici l‘automne, nous devrions être en mesure de décider d‘ouvrir une enquête ou pas”, a-t-il ajouté.

Une éventuelle enquête de la COMCO n‘est pas la seule menace pesant sur les horlogers suisses. Swatch Group est poursuivi par le britannique Cousins ​​UK qui vend des pièces de rechange de montres à des réparateurs indépendants. Cousins ​​UK dit ne plus recevoir de composants de Swatch Group et de sa filiale ETA depuis la fin 2015.

Christian Dannemann, un réparateur indépendant qui dirige la British Watch & Clockmakers’ Guild, laquelle soutient l‘action en justice de Cousins ​​contre Swatch, a souligné qu‘il ne pouvait pas faire son travail sans pièces détachées.

“Imaginez ce qui se passerait si les constructeurs automobiles commençaient à restreindre les approvisionnements de cette manière. Les marques suisses doivent vraiment comprendre qu‘une fois qu‘elles ont vendu la montre, le produit ne leur appartient plus”, a-t-il déclaré à Reuters.

Sollicité, Swatch Group n‘était pas disponible dans l‘immédiat pour un commentaire.

Claude Chendjou pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below