10 août 2017 / 11:09 / il y a 10 jours

La géopolitique suscite toujours la prudence sur les actions

Les Bourses européennes évoluent en baisse à mi-séance jeudi. vers 10h50 GMT, le CAC 40 cède 0,41%, le Dax perd 0,73% et le FTSE, pénalisé par le fait que plusieurs grandes valeurs se traitent "ex-dividende", abandonne 1,23%. /Photo d'archives/Lucas Jackson

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes évoluent en baisse à mi-séance jeudi et les contrats à terme à Wall Street sont eux aussi dans le rouge, les tensions diplomatiques entre la Corée du Nord et les Etats-Unis continuant de freiner l'appétit pour le risque des investisseurs.

À Paris, le CAC 40 cède 0,41% (21,1 points) à 5.124,6 points vers 10h50 GMT. À Francfort, le Dax perd 0,73% et à Londres, le FTSE, pénalisé par le fait que plusieurs grandes valeurs se traitent "ex-dividende", abandonne 1,23%.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 recule de 0,63%, l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,61% et le Stoxx 600 de -0,55%.

L'escalade verbale entre les Etats-Unis et la Corée du Nord est encore montée d'un cran jeudi, Pyongyang déclarant que seule la force pouvait fonctionner avec un président américain "dépourvu de raison" et dont les propos ne sont qu'"un tas d'inepties".

L'indice de volatilité de l'EuroStoxx 50 gagne plus de 7%, à un pic d'un mois et celui du CAC 40 prend 7,27%.

Les investisseurs, dans ce contexte, se montrent toujours très prudents consolidant leur positions sur les actifs jugés plus certains.

Le dollar gagne 0,2% face à un panier de six devises de référence mais cède 0,2% face au yen. L'euro perd plus de 0,3% à 1,1719 dollar. L'or a atteint un pic de neuf semaines juste au-dessus de 1.280 dollars l'once.

Le rendement du Bund allemand à 10 ans se stabilise autour de 0,425%, près de son plus bas niveau depuis six semaines.

Les investisseurs attendent, à 12h30 GMT, la publication des chiffres mensuels des prix à la production aux Etats-Unis, qui pourraient de nouveau alimenter le débat sur la politique monétaire de la Réserve fédérale.

Du côté de la Banque centrale européenne, une enquête Reuters montre qu'il est plus probable que l'institution de Francfort annonce en septembre, plutôt qu'en octobre, son intention de modifier sa politique d'achats d'actifs

Sur les marché actions où les volumes d'échanges sont maigres (environ 28% de la moyenne quotidienne des trois derniers mois à la mi-séance pour le Stoxx 600), le spécialiste du travail temporaire Adecco recule de 5,6% à la Bourse de Zurich, la plus forte baisse de l'indice européen, après des résultats trimestriels inférieurs au consensus et à ceux de ses concurrents Randstad et Manpower.

Henkel chute de 4,61%, à un plus bas de six mois, après l'annonce de résultats trimestriels en dessous des attentes et d'une croissance organique de 2,2%, vers le bas de sa fourchette cible pour l'année.

A la hausse, SFR Group gagne 9,32% après que sa maison-mère Altice (1,68%) a annoncé le lancement d'une offre de retrait au prix unitaire de 34,50 euros.

Aegon s'adjuge 6,54%, le bénéfice de l'assureur néerlandais ayant été soutenu par la hausse du revenu des primes.

Les cours du pétrole restent orientés à la hausse au lendemain de l'annonce la veille d'une baisse des stocks américains.

Laetitia Volga, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below