9 août 2017 / 07:47 / dans 3 mois

Net repli des actions en Europe face à la menace nord-coréenne

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont ouvert dans le rouge mercredi, la soudaine flambée de tensions verbales entre les Etats-Unis et la Corée du Nord se traduisant par un regain d‘aversion au risque au détriment des actions et en faveur des emprunts d‘Etat, du yen et de l‘or.

Les Bourses européennes ont ouvert dans le rouge mercredi. Après une demi-heure d'échanges, le CAC 40, dont toutes les valeurs sont en baisse, perd 0,77%, le Dax cède 0,65% et le FTSE recule de 0,48%. /Photo d'archives/REUTERS/Gonzalo Fuentes

Ce phénomène est accentué par la faiblesse des volumes d‘échanges en pleine trêve estivale et alors que la période des publications de résultats touche à sa fin.

À Paris, le CAC 40, dont toutes les valeurs sont en baisse, perd 0,77% à 5.178,94 points après une demi-heure d‘échanges. À Francfort, le Dax cède 0,65% et à Londres, le FTSE recule de 0,48%. L‘indice paneuropéen FTSEurofirst 300 est en baisse de 0,43%, l‘EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,64% et le Stoxx 600 de 0,41%.

L‘indice de volatilité du CAC est en hausse de plus de 5%, celui de l‘EuroStoxx 50 de près de 7%.

La Corée du Nord a déclaré “examiner soigneusement” un projet de frappe sur le territoire américain de l‘île de Guam, dans le Pacifique, où se trouve une importante base militaire des Etats-Unis. Quelques heures auparavant, le président américain, Donald Trump, avait promis “feu” et “fureur” à Pyongyang en cas de nouvelle menace.

En Asie, la Bourse de Tokyo a fini la journée sur une baisse de 1,29% et inscrit son plus bas niveau de clôture depuis le 31 mai [.TFR] tandis que celle de Séoul abandonnait 1,1%, au plus bas depuis sept semaines.

Les futures sur indices américains préfigurent une poursuite du repli de Wall Street et l‘indice mondial MSCI abandonne 0,16%.

Sur le marché des changes, le yen bénéficie à plein de son statut de valeur refuge et s‘apprécie de 0,3% environ face au dollar comme face à l‘euro.

Le billet vert a parallèlement repris du terrain face à l‘euro, revenu sous 1,1760 dollar contre plus de 1,1820 au plus haut mardi.

Parmi les autres valeurs refuges habituelles, le franc suisse s‘adjuge 0,6%, les emprunts d‘Etat américains à dix ans ont vu leur rendement revenir sous 2,26% contre plus de 2,28% la veille et celui du dix ans allemand est repassé sous 0,47%. L‘or, lui, prend 0,6% à 1.268 dollars l‘once.

Sur des marchés actions dont les volumes d‘échanges restent limités par la trêve estivale, les préoccupations géopolitiques occultent en grande partie l‘impact des publications de résultats. Malgré cela, Munich Re parvient à gagner 0,7%, la plus forte hausse de l‘EuroStoxx 50, après un recul moins marqué qu‘attendu de ses bénéfices au deuxième trimestre alors qu‘à l‘opposé, Ahold Delhaize cède 1,58%.

Le britannique G4S, numéro un mondial de la sécurité, chute pour sa part de 5,6% en dépit d‘une hausse de son bénéfice semestriel, le groupe évoquant entre autres “une incertitude élevée” au Royaume-Uni en raison du Brexit.

Dans l‘actualité des fusions-acquisitions, Worldpay gagne 0,52% après l‘annonce d‘un accord définitif de rachat par l‘américain Vantiv pour huit milliards de livres (8,86 milliards d‘euros).

Les cours du pétrole, eux, poursuivent leur repli en réaction aux informations sur la hausse des exportations de plusieurs pays de l‘Opep. Le Brent est repassé sous 52 dollars le baril, le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) à 49 dollars.

Marc Angrand, édité par Benoît Van Overstraeten

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below