8 août 2017 / 18:16 / il y a 11 jours

Time rate le consensus et réduit encore ses coûts

Le groupe de presse américain Time, éditeur des magazines Sports Illustrated et People, a publié mardi un chiffre d'affaires trimestriel inférieur aux attentes et a annoncé un nouveau programme de réduction des coûts. /Photo d'archives/Shannon Stapleton

(Reuters) - Le groupe de presse américain Time a publié mardi un chiffre d'affaires trimestriel inférieur aux attentes et a annoncé un nouveau programme de réduction des coûts.

L'action, en repli de 23% depuis le début de l'année, abandonne encore 4,7% dans les échanges à Wall Street vers 17h00 GMT.

L'éditeur des magazines Sports Illustrated et People, confronté à la stagnation persistante de ses ventes, a déclaré vouloir réduire ses coûts de 400 millions de dollars (340 millions d'euros) supplémentaires. Ce nouveau plan s'ajoute à d'autres mesures prises par le groupe pour baisser les dépenses, dont la réduction de 4% de ses effectifs et une diminution du dividende.

Le groupe basé à New York peine à accroître les ventes de ses journaux et à doper ses recettes publicitaires car de plus en plus de lecteurs lisent sur internet et les annonceurs délaissent les supports imprimés pour les plates-formes numériques comme Google et Facebook.

Pour réduire sa dépendance aux magazines imprimés, Time s'est lancé dans divers domaines comme la programmation télévisée, la vidéo en ligne et l'organisation d'événements.

"Nous avons annoncé six nouveaux projets télévisés et nous estimons pouvoir produire 40 heures de programmation télévisuelle cette année", a déclaré le directeur général, Rich Battista, lors d'une conférence téléphonique avec des analystes.

Time a lancé l'an dernier un site web de diffusion de vidéos financé par la publicité avec des contenus issus de ses marques People et Entertainment Weekly et basés sur des célébrités, la culture pop ou l'art de vivre.

Le chiffre d'affaires issu de ses ventes de journaux a diminué de 12% au deuxième trimestre, tout comme les revenus publicitaires, qui ont notamment souffert à la fois d'un déclin de la publicité en ligne et sur papier.

Le groupe estime dans un communiqué que ses revenus publicitaires ont notamment été affectés par les spéculations sur son avenir, le Wall Street Journal ayant rapporté en décembre que Time avait mandaté des banques pour l'aider à trouver un acheteur ou un partenaire financier.

Time a également été mis sous pression avec la prise de participation de 5% du fonds spéculatif Jana Partners en août 2016.

En avril, démentant des informations de presse sur des négociations avec Meredith Corp, Rich Battista avait assuré que Time n'était "définitivement" pas à vendre.

Le chiffre d'affaires total de Time a diminué de 9,7% à 694 millions de dollars (590,5 millions d'euros) au deuxième trimestre, contre une prévision moyenne des analystes de 703,5 millions d'euros, selon Thomson Reuters I/B/E/S.

Time a accusé une perte de 44 millions de dollars, soit 44 cents par action, après un bénéfice de 18 millions de dollars, ou 79 cents par action, un an plus tôt.

Hors éléments, le bénéfice par action est ressorti à 13 cents, dépassant les 11 cents attendus en moyenne par les analystes.

Claude Chendjou pour le service français, édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below