3 août 2017 / 16:55 / il y a 18 jours

L'Europe en hausse après la BoE et les résultats, Francfort exceptée

Les Bourses européennes ont terminé en hausse jeudi, exception faite de Francfort, la Banque d'Angleterre (BoE) ayant conservé sa politique monétaire accommodante en l'état et les indicateurs économiques de la zone euro ayant été jugés encourageants. À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 0,46%. Le Footsie britannique a gagné 0,85% et le Dax allemand a perdu 0,22%. L'indice EuroStoxx 50 a pris 0,2%, le FTSEurofirst 300 0,15% et le Stoxx 600 0,08%. /Photo d'archives/Ralph Orlowski

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en hausse jeudi, exception faite de Francfort, la Banque d'Angleterre (BoE) ayant conservé sa politique monétaire accommodante en l'état et les indicateurs économiques de la zone euro ayant été jugés encourageants.

À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 0,46% (23,24 points) à 5.130,49 points. Le Footsie britannique a gagné 0,85% et le Dax allemand a perdu 0,22%. L'indice EuroStoxx 50 a pris 0,2%, le FTSEurofirst 300 0,15% et le Stoxx 600 0,08%.

A Wall Street, les indices évoluaient en baisse au moment de la clôture européenne.

A l'issue d'une réunion de politique monétaire de deux jours, la BoE a décidé de ne pas toucher à son taux d'intervention et a revu à la baisse ses prévisions de croissance pour 2017 et 2018 en raison des conséquences du Brexit sur le pouvoir d'achat des ménages.

"La baisse surprise de l'inflation en juin semble constituer un événement majeur dans la décision de politique monétaire, un relèvement des taux paraissant désormais improbable cette année, si ce n'est plus longtemps encore", dit Tim Graf, directeur de la stratégie macro de State Street Global Markets EMEA.

La livre sterling a reculé de 0,6% face au dollar. Contre l'euro, la monnaie britannique recule également, à 90,40 pence, soit son plus bas niveau depuis novembre 2016.

Les rendements des emprunts d'Etat britannique se sont eux aussi orientés à la baisse, jusqu'à 1,194% pour le "gilt" à dix ans.

Les indicateurs n'ont pas manqué en zone euro où les ventes au détail ont augmenté nettement plus que prévu en juin, notamment à la faveur d'une vive progression des achats par correspondance et via internet.

Les enquêtes Markit auprès des directeurs d'achat (PMI) ont par ailleurs fait ressortir une croissance solide du secteur privé de la zone euro en juillet, en dépit d'un léger ralentissement par rapport au mois de juin, notamment dans les services en Allemagne et en France.

Aux Etats-Unis, la croissance du secteur tertiaire aux Etats-Unis a ralenti nettement plus qu'attendu en juillet, d'après les résultats de l'enquête mensuelle de l'Institute for Supply Management (ISM).

"Le ralentissement plus important que prévu du secteur des services suggère des chiffres de l'emploi décevants", observe Joe Manimbo, analyste marchés chez Western Union Business Solutions, faisant référence à la statistique de l'emploi américaine de juillet qui sera publiée vendredi.

Une statistique qui a contribué au léger tassement du dollar face à un panier de devises de référence, tandis que le billet vert a perdu jusqu'à 0,7% face au yen.

SIEMENS A PESÉ SUR LE DAX

Aux valeurs, UniCredit, première banque italienne par les actifs, a bondi de 7,16% après un bénéfice net supérieur aux attentes.

A Paris, les résultats pourtant solides d'Axa (-0,38%) et de Crédit agricole (+0,1%) n'ont pas convaincu le marché.

Plus forte progression du Stoxx 600, l'enseigne d'habillement britannique Next a gagné plus de 9% à la suite de l'annonce d'un retour à la croissance des ventes trimestrielles.

Plus forte progression du SBF 120, Bic a pris 5,36%, sa meilleure performance en pourcentage depuis avril 2015. Le fabricant de stylos, de briquets et de rasoirs a annoncé qu'il ajustait ses investissements afin de préserver sa rentabilité cette année.

A Francfort, le Dax a été pénalisé par le recul du titre Siemens, (-3,06%). Le conglomérat industriel a annoncé qu'il introduirait en Bourse sa division santé au premier semestre 2018 mais il a publié un bénéfice trimestriel inférieur aux attentes.

Le secteur de l'industrie signe la plus forte baisse sectorielle, de 0,47%.

Sur le marché pétrolier, le cours de Brent gagne 0,7% et celui du brut léger américain 0,3%, les signes de resserrement du marché américain provoquant des achats prudents même si la production de l'Opep augmente.

Laetitia Volga, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below