2 août 2017 / 15:56 / il y a 16 jours

Dirk Van de Put succède à Irene Rosenfeld à la tête de Mondelez

Mondelez International a annoncé mercredi que Dirk Van de Put (photo), actuel directeur général du groupe canadien McCain Foods, remplacerait Irene Rosenfeld comme directeur général du groupe à partir de novembre 2017. /Photo d'archives/REUTERS

(Reuters) - Mondelez International a annoncé mercredi que Dirk Van de Put, actuel directeur général du groupe canadien McCain Foods, remplacerait Irene Rosenfeld comme directeur général du groupe à partir de novembre 2017.

Le deuxième groupe mondial de confiserie a également publié un bénéfice au deuxième trimestre meilleur que prévu et annoncé une hausse de 16% de son dividende, à 22 cents par action.

Irene Rosenfeld a d'abord été PDG de Kraft, puis a dirigé Mondelez lorsque ce dernier a été scindé de Kraft en 2012.

Elle continuera d'assurer la présidence du conseil d'administration jusqu'au 31 mars 2018 avant de prendre sa retraite. A partir de cette date, Dirk Van de Put cumulera les fonctions de président et de directeur général, déclare le fabricant des biscuits Oreo et des chocolats Cadbury dans un communiqué.

Dirk Van de Put, qui possède une trentaine d'années d'expérience dans l'industrie alimentaire, a notamment travaillé chez Coca Cola, Mars et Danone.

Ce changement de direction intervient alors que la croissance organique des ventes du géant de la confiserie stagnent.

Le chiffre d'affaires de Mondelez au deuxième trimestre a reculé de 5% à 5,99 milliards de dollars (5,05 milliards d'euros), pénalisé par une faible demande pour ses principales marques comme Cadbury, Milka et Oreo, notamment en Amérique du Nord.

Une cyberattaque, qui a visé ses services informatiques et entraîné des retards de facturation et de livraison, a également pesé sur les ventes.

Le bénéfice net part du groupe a cependant augmenté à 498 millions de dollars, soit 32 cents par action, contre 464 millions de dollars (29 cents/action) il y a un an.

La baisse générale des charges d'exploitation a contribué à ce résultat. Le groupe, qui a réduit ses coûts depuis qu'il a renoncé à fusionner avec Hershey en août 2016, a indiqué que ces dernières avaient baissé de 13,1% au deuxième trimestre, à 1,45 milliard de dollars.

Mondelez est à mi-parcours de son plan visant à réduire ses coûts de trois milliards de dollars d'ici la fin 2018.

Hors éléments exceptionnels, le bénéfice ressort à 48 cents par action, au-dessus des prévisions des analystes qui tablaient en moyenne sur 45 cents, selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S.

Vers 15h10 GMT, l'action Mondelez perdait 0,8% à 43,25 dollars à Wall Street.

Siddharth Cavale et Gayathree Ganesan à Bangalore, Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below