7 juillet 2017 / 15:05 / il y a 5 mois

La France annonce de nouvelles mesures pour attirer les banques

PARIS (Reuters) - Edouard Philippe a annoncé vendredi une série de mesures pour renforcer l‘attractivité de Paris auprès des entreprises et des institutions financières dans le contexte du Brexit.

Edouard Philippe a annoncé vendredi une série de mesures pour renforcer l'attractivité de Paris auprès des entreprises et des institutions financières dans le contexte du Brexit. /Photo prise le 7 juillet 2017/REUTERS/Pascal Rossignol

Le Premier ministre s‘est engagé à réduire le coût du travail en supprimant la tranche à 20% de la taxe sur les salaires, celui des licenciements en excluant les primes et bonus des “preneurs de risques” du calcul des indemnités et celui des transactions avec l‘annulation de l‘extension de la taxe sur les transactions financières aux opérations intraday.

“Chaque intervenant du monde financier, chaque banquier, chaque trader, chaque personnalité de ce monde, qui vient s‘installer à Paris est un facteur de création d‘autres emplois”, a insisté Edouard Philippe en présentant ces mesures.

“Promouvoir l‘attractivité financière de Paris, c‘est promouvoir l‘attractivité économique de la France”, a-t-il ajouté, aux côtés de la maire de Paris, Anne Hidalgo, de la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, et du président de la métropole du Grand Paris, Patrick Ollier.

Les contraintes seront allégées, le gouvernement s’engageant, sur le droit bancaire et financier, à ne plus procéder à des surtranspositions de règles européennes et à examiner, pour les textes déjà transposés, des surrèglementations qui ne semblent pas justifiées, pour les modifier ou les supprimer.

Une consultation publique sera lancée pour nourrir un projet de loi de simplification du droit financier et du droit des sociétés.

Le gouvernement envisage en outre de créer des chambres commerciales internationales spécialisées dans les contentieux à haute technicité juridique.

“DÉROULER LE TAPIS BLEU-BLANC-ROUGE”

La Fédération Bancaire Française (FBF) a salué “la mobilisation exceptionnelle des pouvoirs publics pour renforcer l‘attractivité de la Place de Paris”.

“Ce sont (...) des signaux forts pour les établissements financiers internationaux souhaitant s’installer en France ou y développer leurs activités”, souligne la FBF dans un communiqué.

Ces mesures s‘ajouteront à celles déjà promises par le chef de l‘Etat et le gouvernement : baisse progressive de l‘imposition des sociétés jusqu‘à 25% en 2022, réforme du droit du travail vers plus de souplesse, sortie des valeurs mobilières de l‘impôt sur la fortune (ISF) et prélèvement unique à environ 30% sur le produit du capital.

Plus globalement, il sera mis fin à l‘instabilité fiscale, a promis le chef du gouvernement, une crainte des investisseurs qui se souviennent de la taxe à 75% de François Hollande.

Avec l‘élection d‘Emmanuel Macron, “nous avons un président qui est ouvertement pro-business”, a dit Valérie Pécresse, en soulignant que l‘offensive visait non seulement les banques mais également toutes les entreprises et le secteur des fintechs.

“Nous sommes prêts à vous dérouler le tapis bleu-blanc-rouge”, a-t-elle ajouté : “Welcome back to Europe”.

LONDRES S‘IRRITE DES ANNONCES FRANCAISES

Benjamin Griveaux, secrétaire d‘Etat auprès du ministre de l‘Economie et Finances, a précisé aux journalistes qu‘aucune banque autre que HSBC n‘avait pour l‘instant pris d‘engagement sur un renforcement à Paris “mais on y travaille lors de road shows”.

Des places comme Francfort, où est située la Banque centrale européenne, ou encore Dublin et Luxembourg ont été jugées jusqu‘à présent plus attractives que Paris pour y transférer des activités financières.

“Cet ensemble de mesures répond aux attentes exprimées ces derniers mois par les établissements financiers et les investisseurs internationaux que nous avons rencontrés”, s‘est félicité Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace, l‘organisation de promotion de la place financière de Paris, dans un communiqué.

Anne Hidalgo a quant à elle insisté sur la force de Paris dans l‘innovation technologique et les promesses liées à la finance “verte”.

Pour les enfants des salariés qui quitteront Londres pour Paris, l‘enseignement en langue anglaise sera renforcé et trois lycées internationaux seront créés en Ile-de-France d‘ici 2022, en plus des six existants.

Londres a assuré de son côté être en mesure de garder les entreprises, malgré le Brexit.

“Il est compréhensible que nos concurrents européens cherchent à attirer entreprises et emplois. Pour autant, nous pensons que la baisse de la taxe sur les entreprises à 17% en 2020 (...) va permettre à Londres de rester une place financière de premier plan”, a réagi le service de communication de la City.

Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse et Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below