6 juillet 2017 / 18:33 / il y a 5 mois

La BCE peut limiter ses mesures de soutien à la croissance, dit Weidmann

Francfort (Reuters) - La reprise économique dans la zone euro plus rapide donne à la Banque centrale européenne l‘opportunité de limiter son soutien à la croissance, a déclaré jeudi Jens Weidmann, le gouverneur de la Bundesbank, membre à ce titre du conseil des gouverneurs de la BCE.

La reprise économique dans la zone euro plus rapide donne à la Banque centrale européenne l'opportunité de limiter son soutien à la croissance, a déclaré jeudi Jens Weidmann (photo), le gouverneur de la Bundesbank, membre à ce titre du conseil des gouverneurs de la BCE. /Photo prise le 13 juin 2017/REUTERS/Axel Schmidt

Détracteur de longue date de la politique monétaire ultra-accommodante de l‘institut de Francfort, Jesn Weidmann a jugé que des taux de crédit faibles étaient encore nécessaires, mais que la menace de déflation, principale justification du programme de 2.300 milliards d‘euros de rachats d‘actifs, s‘éloignait et que la croissance se renforçait.

Ces propos suggèrent que Jens Weidmann va continuer à prôner une politique monétaire moins accommodante, même si les déclarations du président de la BCE, Mario Draghi, ont fait grimper les rendements obligataires et déclenché une envolée de l‘euro.

“La reprise économique en cours augmente désormais la perspective d‘une normalisation de la politique monétaire”, a dit Jens Weidmann.

“Il ne s‘agit pas de s‘arrêter complètement (...) mais de lever le pied de l‘accélérateur.”

Le compte-rendu publié jeudi de la réunion de la BCE les 7 et 8 juin montre que les membres du conseil des gouverneurs ont débattu a débattu d‘une nouvelle étape dans la réduction du soutien apporté par l‘institution aux marchés du crédit, mais ce processus devrait être graduel, afin de ne pas provoquer de turbulences sur les marchés financiers.

”Le calendrier et le rythme de la normalisation de la politique monétaire dépend de la durée sur laquelle la hausse des prix se poursuit et s‘alimente elle-même, a ajouté Jens Weidmann.

Il a également souligné que tandis que la croissance devenait de plus en plus solide, la baisse des prix du pétrole serait un frein à l‘inflation. Il a ajouté qu‘elle pourrait être “un peu” plus faible d‘ici la fin de l‘année.

La BCE s‘est fixé l‘objectif d‘une inflation légèrement inférieure à 2%. En juin, elle a abaissé ses prévisions. Elle table désormais sur +1,5% d‘inflation en 2017, +1,3% pour 2018 et +1,6% pour 2019.

Balazs Koranyi; Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below