5 juillet 2017 / 08:11 / dans 3 mois

France: La croissance des services freine à peine mais reste solide

La croissance de l'activité dans le secteur des services a légèrement marqué le pas en France au mois de juin, tout en conservant un rythme soutenu sous l'effet d'une progression marquée des nouveaux contrats. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

PARIS (Reuters) - La croissance de l‘activité dans le secteur des services a légèrement marqué le pas en France au mois de juin, tout en conservant un rythme soutenu sous l‘effet d‘une progression marquée des nouveaux contrats, selon la version définitive de l‘indice Markit publiée mercredi.

L‘indice d‘activité des services s‘est établi à 56,9 le mois dernier, en retrait par rapport au chiffre de 57,2 enregistré en mai mais au-delà de la première estimation de 55,3 publiée le 23 juin.

Il se maintient ainsi non loin de son pic de près de six ans enregistré en mars (57,5) et reste pour le douzième mois consécutif au-dessus du seuil de 50 qui distingue croissance et contraction de l‘activité.

L‘indice composite, qui associe des éléments de l‘indice des services et de celui du secteur manufacturier - dont l‘activité a de nouveau accéléré en juin après son léger tassement de mai - a quant à lui atteint 56,6 le mois dernier, refluant légèrement par rapport à son niveau de mai, qui, à 56,9, constituait un plus haut depuis mai 2011.

Il s‘inscrit lui aussi au-dessus de son estimation “flash” de 55,3 et, tout comme l‘indice des services, ne s‘est pas retrouvé sous le seuil de 50 depuis juillet dernier.

La croissance de l‘activité en juin dans les services a été alimentée par la poursuite de la progression des nouveaux contrats, dont le volume connaît une expansion continue depuis mars 2016.

Dans ce contexte de progression de la demande, les prestataires de services ont augmenté leurs effectifs pour le sixième mois consécutif et le taux de créations de postes a atteint son plus haut niveau depuis mars 2008.

Les chefs d‘entreprise du secteur interrogés par le cabinet d‘études restent par ailleurs très optimistes sur leurs perspectives d‘activité à un an, même si leur niveau de confiance se replie par rapport au plus haut depuis avril 2011 atteint en mai.

Pour Alex Gill, économiste à IHS Markit, “la demande solide et l‘optimisme marqué (des chefs d‘entreprises) devraient se traduire par une poursuite des créations de postes dans les prochains mois”.

Myriam Rivet, édité par Simon Carraud

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below