4 juillet 2017 / 10:39 / il y a 2 mois

L'Europe marque une pause en l'absence de Wall Street

Les principales Bourses européennes reculent très légèrement mardi à mi-séance. À Paris, l'indice CAC 40 recule de 0,17% à 5.186,87 points vers 10h27 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,22% et le FTSE à Londres perd 0,17%. /Photo d'archives/Benoit Tessier

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes reculent très légèrement mardi à mi-séance après avoir beaucoup grimpé la veille, marquant une pause sur fond de regain des tensions autour de la péninsule coréenne alors que Wall Street est fermée pour cause de fête nationale (Independence Day).

À Paris, l'indice CAC 40 recule de 0,17% à 5.186,87 points vers 10h27 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,22% et le FTSE à Londres perd 0,17%.

L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro se replie de 0,18%, le FTSEurofirst 300 perd 0,23% et le Stoxx 600 cède 0,15%.

L'appétit des investisseurs pour les actifs risqués est notamment émoussé par l'annonce d'un tir de missile balistique réalisé par la Corée du Nord, à quelques jours du sommet du G20 qui se tiendra vendredi et samedi à Hambourg.

En dépit de la fermeture de la Bourse de New York, l'actualité des entreprises en Europe reste néanmoins animée par des opérations de fusions-acquisitions (M&A).

Worldpay, spécialiste britannique des solutions de paiement, survole ainsi le Stoxx 600 avec un bond de près de 22% après avoir confirmé avoir été contacté par son concurrent américain Vantiv et JPMorgan Chase Bank en vue d'une possible acquisition.

Dans le sillage de Worldpay, l'ensemble du secteur des systèmes de paiement, qui avait déjà été animé lundi par des spéculations sur des opérations de M&A, est en hausse. L'allemand Wirecard bondit de 5,9%, Gemalto grimpe de 3,2%, Ingenico s'adjuge 3,09% et Nets prend 2,5%.

De son côté, le suisse Clariant (+3,34%) est porté par l'entrée à son capital du fonds Corvex, qui entend ainsi contrer le projet de fusion avec l'américain Huntsman.

La plus forte baisse du Stoxx 600 est pour EDF, qui cède 3,8% à la Bourse de Paris, plombé par plusieurs avis défavorables d'analystes après la révision à la hausse du coût du projet de site nucléaire à Hinkley Point au Royaume-Uni.

Sur le marchés des changes, l'indice dollar, qui mesure l'évolution du billet vert face à un panier de devises de référence, se stabilise après avoir été porté la veille par un solide indicateur ISM sur la croissance du secteur manufacturier aux Etats-Unis.

L'euro recule pour sa part légèrement face au billet vert sur fond de doutes sur la solidité de la reprise de l'inflation dans l'union monétaire. Les prix à la production dans la zone euro ont en effet baissé plus que prévu en mai, en raison essentiellement du recul de 1,3% du poste énergétique, montrent des données publiées par Eurostat.

Sur les marchés pétroliers, les cours du brut évoluent en baisse après avoir aligné lundi une huitième séance consécutive de hausse.

Beaucoup d'opérateurs de marché ont soldé leur position avant l'Independance Day aux Etats-Unis et le baril de Brent, qui se traite autour de 49,50 dollars, se heurte à une résistance technique à l'approche des 50 dollars, ont indiqué des traders.

Lundi soir à Wall Street, les indices Dow Jones et S&P 500 ont clôturé une séance écourtée en nette hausse, soutenus par l'énergie et les banques. L'indice Nasdaq a en revanche reculé, toujours pénalisé par le mouvement de correction sur les valeurs technologiques.

Patrick Vignal, édité par Blandine Hénault

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below