30 juin 2017 / 11:22 / dans 5 mois

Les actions européennes en hausse, l'euro se replie

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes sont en hausse à mi-séance vendredi pour la dernière séance du mois de juin, qui devrait se solder pour les actions du continent par le recul le plus marqué depuis un an, après quatre mois consécutifs de progression.

Les principales Bourses européennes sont en hausse à mi-séance vendredi pour la dernière séance du mois de juin. À Paris, le CAC 40 gagne 0,68% à 5.189,53 points à 10h40 GMT. À Francfort, le Dax prend 0,28% et à Londres, le FTSE avance de 0,36%. /Photo d'archives/REUTERS/Toby Melville

À Paris, le CAC 40 gagne 0,68% à 5.189,53 points à 10h40 GMT. À Francfort, le Dax prend 0,28% et à Londres, le FTSE avance de 0,36%. L‘indice paneuropéen FTSEurofirst 300 est en hausse de 0,52%, l‘EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,48% et le Stoxx 600 de 0,52%.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en légère hausse après le net recul subi jeudi (-0,78% pour le Dow Jones, -1,44% pour le Nasdaq). La séance sur les marchés américains sera animée par plusieurs indicateurs très suivis, notamment les chiffres des revenus et dépenses des ménages, qui incluent l‘indice des prix “core PCE”, le plus surveillé par la Réserve fédérale.

Les spéculations sur l‘évolution des politiques monétaires aux Etats-Unis, dans la zone euro et au Royaume-Uni auront été le facteur marquant de la semaine, avec à la clé une nette hausse de l‘euro et des rendements obligataires, et un repli des actions, technologiques en tête.

La monnaie unique européenne, en dépit d‘un léger repli, évolue toujours autour du seuil de 1,14 dollar après les chiffres un peu supérieurs aux attentes de l‘inflation en zone euro sur le mois écoulé, à 1,3% en rythme annuel.

Ces statistiques ont brièvement poussé les anticipations d‘inflation “à cinq ans dans cinq ans” à leur plus haut niveau depuis près de sept semaines, à plus de 1,61%. Sur le marché obligataire, le rendement à dix allemand reflue mais reste à plus de 0,4%, le français à plus de 0,78%.

La livre sterling, elle, a cédé un peu de terrain après les chiffres révisés du produit intérieur brut (PIB) britannique au premier trimestre, qui confirment le net ralentissement de la croissance à 0,2%, avec le repli du revenu disponible des ménages.

Sur les marchés actions, la hausse profite en premier lieu aux valeurs technologiques, qui rebondissent de 1,43% après leur forte baisse de la veille, en profitant entre autres des résultats supérieurs aux attentes de l‘américain Micron Technology.

Les banques, elles, se stabilisent après quatre séances consécutives de hausse.

Le compartiment de la chimie (-0,59%) souffre quant à lui de l‘avertissement sur résultats lancé par le géant allemand Bayer, qui abandonne 4,06%, la plus forte baisse du Stoxx 600.

Le marché pétrolier évolue dans le vert, le Brent se traitant à près de 47,70 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) à 45,35 dollars, avant les chiffres hebdomadaires des puits en exploitation aux Etats-Unis, très surveillés par le marché.

La hausse récente de cet indicateur est d‘ailleurs l‘un des éléments mis en avant par Kepler Cheuvreux pour justifier la révision à la baisse de ses recommandations sur plusieurs compagnies européennes, dont Total (-0,11%).

Marc Angrand, édité par Patrick Vignal

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below