30 juin 2017 / 11:17 / il y a 2 mois

Unipol réorganise ses activités, crée une "bad bank"

Le groupe financier italien Unipol a annoncé vendredi qu'il transférait trois milliards d'euros de mauvaises créances de sa division bancaire vers une structure dédiée dans le cadre d'une vaste réorganisation de ses activités. /Photo d'archives/Tony Gentile

MILAN (Reuters) - Le groupe financier italien Unipol a annoncé vendredi qu'il transférait trois milliards d'euros de mauvaises créances de sa division bancaire vers une structure dédiée dans le cadre d'une vaste réorganisation de ses activités.

La société, qui contrôle le numéro deux de l'assurance en Italie UnipolSai, a précisé dans un communiqué que l'objectif de la manoeuvre était d'isoler le totalité du portefeuille de mauvaises créances d'Unipol Banca afin que cette dernière puisse renforcer son bilan.

En vue du transfert de ces prêts, Unipol les a dépréciés à hauteur de 20 centimes pour un euro, se conformant ainsi aux prix du marché.

Lors d'une conférence de presse, l'administrateur délégué d'Unipol Carlo Cimbri a précisé que la faiblesse de la valeur de marché de ces prêts était le fait d'une offre excessive induite par la pression exercée par les régulateurs sur les banques pour qu'elles réduisent le poids des créances douteuses.

"Notre intention est de travailler sur le portefeuille (de créances douteuses) dans une structure dédiée afin de maximiser les recouvrements", a-t-il dit.

L'ensemble du secteur bancaire italien est fragilisé par une accumulation de créances douteuses datant de l'époque où le pays subissait une récession sévère.

Trois banques de premier plan, Banca Monte dei Paschi di Siena, Banca Popolare di Vicenza et Veneto Banca ont été sauvées par les pouvoirs publics au cours des six derniers mois.

Unipol a également dit avoir approuvé la cession de deux holdings à UnipolSai, l'intention étant de placer tous ses actifs dans l'assurance entre les mains de sa principale division opérationnelle.

Unipol précise que cette réorganisation pèsera à hauteur de quelque 780 millions d'euros sur ses comptes consolidés tout en notant que cet impact négatif sera compensé par les plus-values tirées de la cession des deux holdings assurance à UnipolSai.

Carlo Cimbri, qui a exclu toute fusion entre Unipol et UnipolSai, a précisé que la réorganisation annoncée n'aurait aucune incidence sur la politique de dividendes du groupe.

Dans un communiqué séparé, UnipolSai a noté que les acquisitions des deux holdings allaient amputé de quelque 17 points de pourcentage son ratio Solvency II à la fin de cette année.

Cette perspective fait plonger, vers 10h30 GMT, le titre UnipolSai de 2,57% à 1,932 euro, accusant la plus forte baisse de l'indice FTSE MIB de la Bourse de Milan devant l'action Generali (-0,89%), alors que l'indice regroupant les valeurs européennes de l'assurance prend 0,57%.

A l'inverse, l'action Unipol avance de 2,94% à 3,85 euros, inscrivant la hausse la plus marquée du FTSE MIB.

Stephen Jewkes et Andrea Mandala; Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Patrick Vignal

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below