29 juin 2017 / 07:56 / il y a 2 mois

Rebond des actions en Europe, l'euro grimpe encore

Les principales Bourses européennes progressent jeudi en début de séance après le net rebond de Wall Street la veille sur fond de baisse du dollar. À Paris, l'indice CAC 40 prend 0,06% à 5.256,30 points à 07h30 GMT. À Francfort, le Dax gagne 0,3% et à Londres, le FTSE, favorisé par son exposition aux ressources de base, avance de 0,57%. /Photo d'archives/Benoit Tessier

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes progressent jeudi en début de séance après le net rebond de Wall Street la veille sur fond de baisse du dollar, de vigueur de l'euro - à plus de 1,14 dollar - et de remontée des cours des matières premières, pétrole inclus.

À Paris, l'indice CAC 40 prend 0,06% à 5.256,30 points à 07h30 GMT. À Francfort, le Dax gagne 0,3% et à Londres, le FTSE, favorisé par son exposition aux ressources de base, avance de 0,57%.

L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro progresse de 0,27%, le FTSEurofirst 300 de 0,24% et le Stoxx 600 de 0,2%.

Les plus fortes progressions sectorielles en Europe sont pour les ressources de bases (+1,78%), qui bénéficient du repli du dollar, et pour les banques (+1,62%) qui se réjouissent d'un climat général favorable à une remontée des taux d'intérêt et bénéficient de la hausse des banques américaines mercredi à Wall Street après le feu vert de la Réserve fédérale à une augmentation de la rémunération des actionnaires.

Les valeurs technologiques (+0,29%) repartent de l'avant, comme la veille à Wall Street, après une correction provoquée par les craintes des investisseurs face à des valorisations élevées.

A Paris, la plus forte hausse du CAC 40 est pour ArcelorMittal (+2,57%) devant trois banques, Société générale (+1,51%), Crédit agricole (+1,50%) et BNP Paribas (+1,29%).

Sur le marché des changes, l'euro, qui progresse de 0,4% par rapport au billet vert, à 1,1425 dollar, est toujours porté par les propos optimistes du président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, sur la santé économique de la zone euro.

Les signaux pointant vers un resserrement monétaire venus de la BCE mais aussi d'autres banques centrales indiquent que la Réserve fédérale américaine n'est pas la seule à s'orienter dans cette voie et nuisent au dollar, qui recule de 0,2% face à un panier de devises de référence, à son plus bas niveau depuis octobre.

Même si des sources au sein de la BCE se sont efforcées mercredi de tempérer l'impact des propos optimistes tenus les jours précédents par Mario Draghi, le président de la BCE, elles n'ont pas pu empêcher l'euro de franchir le seuil de 1,14 dollar pour la première fois depuis le 24 juin 2016, portant à plus de 2% sa progression en trois séances.

"Si on veut savoir ce que prépare la BCE, on privilégiera à chaque fois un discours de Draghi rédigé avec soin plutôt que des sources anonymes", explique Sean Sallow, responsable de la stratégie devises de Westpac. "En s'appuyant sur l'excédent courant solide de la zone euro et le contraste avec la Fed, qui pourrait marquer une pause dans la hausse des taux pendant un moment, l'euro semble parti pour atteindre 1,15-1,16 dollar."

Du côté des valeurs en Europe, l'enseigne suédoise de prêt-à-porter H&M prend 3% après avoir annoncé une hausse nettement plus forte que prévu de son bénéfice imposable au deuxième trimestre de son exercice fiscal en raison à la fois de la croissance continue de son activité et de la maîtrise de ses coûts.

La Bourse de Tokyo a fini en hausse de 0,45% grâce entre autres aux bonnes performances des valeurs technologiques. L'indice MSCI regroupant les valeurs d'Asie et du Pacifique (hors Japon) avance de 0,9%.

A Wall Street, l'indice large Standard & Poor's 500 (+0,88%) a enregistré mercredi sa plus forte hausse en pourcentage depuis près de deux mois, soutenu par les valeurs financières et les technologiques. Le Nasdaq (+1,43%) a quant à lui affiché sa meilleure performance depuis le 7 novembre, veille de l'élection présidentielle américaine.

Les investisseurs européens surveilleront dans la journée les premiers chiffres de l'inflation en Allemagne sur le mois qui s'achève, l'estimation "flash" nationale étant attendue à 12h00 GMT. L'indice mensuel GfK du moral des ménages en Allemagne a quant à lui dépassé les attentes, atteignant son plus haut niveau depuis octobre 2001 à 10,6.

Le pétrole profite de la faiblesse du billet vert pour afficher une sixième séance consécutive de rebond, après l'annonce d'une baisse de la production américaine, qui a occulté une augmentation inattendue des stocks d'essence aux Etats-Unis. Le Brent se traite à plus de 47,75 dollars le baril, le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) au-dessus de 45 dollars.

Patrick Vignal, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below