26 juin 2017 / 13:22 / il y a 4 mois

Le distributeur Gifi va reprendre l'enseigne Tati

BOBIGNY, Seine-Saint-Denis (Reuters) - Le tribunal de commerce de Bobigny a désigné lundi le groupe de distribution Gifi comme repreneur de l‘enseigne Tati, une offre qui permettra de maintenir “près de 85%” des effectifs, a annoncé l‘un des avocats des salariés, Thomas Hollande.

Le tribunal de commerce de Bobigny a désigné lundi le groupe de distribution Gifi comme repreneur de l'enseigne Tati. /Photo prise le 19 juin 2017/REUTERS/Charles Platiau

La décision concerne l‘ensemble du groupe Agora Distribution, placé en redressement judiciaire le 4 mai, qui regroupe Tati, Giga Store, Fabio Lucci et Degrif‘Mania - au total 140 magasins et 1.754 salariés.

Le groupe Philippe Ginestet (GPG-Gifi), du nom du fondateur de Gifi, reprendra donc 1.428 salariés et 135 magasins, tout en conservant l‘enseigne au vichy rose.

“Cette offre va permettre de reprendre près de 85% de l‘effectif, ce qui était inespéré au moment de l‘ouverture de la procédure de redressement judiciaire”, a dit à la presse Thomas Hollande, fils de l‘ancien président.

“Aujourd‘hui, il y aura 260 licenciements, c‘est bien sûr trop, mais ce que nous avons obtenu grâce à la mobilisation des salariés et des représentants du personnel, c‘est un PSE à un niveau très élevé, inédit pour une société en redressement judiciaire”, a-t-il ajouté.

Les 260 salariés licenciés bénéficieront notamment, au-delà des mesures légales, d‘un contrat de sécurisation professionnelle qui permettra de maintenir leur rémunération à près de 95% pendant douze mois, d‘indemnités supra-légales (en moyenne 10.000 euros par salarié), et d‘un budget individuel d‘accompagnement (8.000 euros).

Le plan social est ainsi estimé à cinq millions d‘euros au total, dont deux millions proviennent du groupe GPG-Gifi, deux autres d‘Agora Distribution, et un million du groupe Eram, l‘actionnaire majoritaire.

Le gouvernement s‘est en outre engagé à financer une cellule de reclassement.

DES DÉFIS A VENIR

Deux autres repreneurs s‘étaient manifestés : un consortium de déstockeurs regroupant les marques Centrakor, Stokomani, Maxi Bazar et la Foir‘Fouille, ainsi que le groupe Babou.

Le premier proposait de reprendre 1.298 salariés et 98 magasins. Le deuxième, six points de vente.

Les salariés adhérents à la CGT se montrent prudents vis-à-vis de la décision du tribunal.

“On ne peut pas être satisfait à 100%. L‘une des premières revendications des représentants du personnel était que la totalité des magasins puissent être repris afin d‘atteindre l‘objectif zéro licenciement”, a dit Mounir Bourhaba, l‘avocat du comité d‘entreprise Lilnat, l‘un des trois CE du groupe, où la CGT est majoritaire.

Du côté de groupe GPG-Gifi, on “a la victoire modeste”.

“On est très satisfait que le tribunal ait pris cette décision, mais c‘est aussi un beau challenge à relever. On a conscience du travail qui est devant nous”, a précisé Delphine Caramalli, avocate du groupe.

GPG-Gifi prendra possession des magasins ce lundi à minuit, une journée avant que ne débutent les soldes.

Le dirigeant du distributeur est “très attaché à l‘ADN de Tati”, selon son avocate, et veut revenir au concept initial du magasin “où l‘on chinait pour faire de bonnes affaires”.

Le groupe Agora distribution a notamment souffert de la crise économique de 2008, “qui a fortement impacté la façon de consommer des ménages” selon le jugement du tribunal, ainsi que de la concurrence d‘autres enseignes à bas coûts.

Caroline Pailliez, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below