22 juin 2017 / 11:45 / dans 6 mois

Renault-Nissan prépare des services liés à la conduite autonome

PARIS (Reuters) - L‘alliance formée par Renault et Nissan Motor a annoncé jeudi son intention de lancer des services réservation de voiture sans conducteur et d‘auto-partage dans les années à venir, afin d‘étendre son offre au-delà de la conception et de la vente de véhicules dans un secteur en pleine mutation.

L'alliance formée par Renault et Nissan Motor a annoncé jeudi son intention de lancer des services réservation de voiture sans conducteur et d'auto-partage dans les années à venir, afin d'étendre son offre au-delà de la conception et de la vente de véhicules dans un secteur en pleine mutation. /Photo d'archives/REUTERS/Arnd Wiegmann

Les constructeurs automobiles veulent tirer parti de l‘expertise acquise dans les véhicules autonomes afin de développer des services de mobilité et concurrencer les groupes technologiques comme Alphabet, maison mère de Google, et Uber Technologies dans le “pay-per-ride” (paiement à la course) qui réduit le besoin d‘acquérir une voiture.

Ogi Redzic, chef de la division des véhicules connectés et des services de mobilité de Renault-Nissan, a déclaré que l‘alliance lancerait des services de conduite autonome basés sur ses voitures électriques “certainement dans les 10 ans”, mais pas avant 2020.

“Nous voyons l‘avenir dans l‘automatisation, les véhicules électriques, l‘auto-partage et les services de réservation”, a-t-il dit dans une interview accordée à Reuters.

Renault et Nissan se sont joints à un petit groupe de constructeurs automobiles qui cherchent à entrer sur le marché des services à la demande de véhicules dont Goldman Sachs a évalué le mois dernier qu‘il serait multiplié par huit d‘ici 2030 pour représenter cinq fois la taille du marché des taxis.

Ogi Redzic a expliqué que Renault et Nissan testaient actuellement des véhicules autonomes qui fonctionneront sur des trajets prédéfinis avec des points de ramassage et de dépose prédéterminés.

Les deux constructeurs automobiles développent ce système en partenariat avec l‘éditeur japonais de jeux mobiles DeNA et le spécialiste français de la gestion des transports publics Transdev.

Le groupe allemand BMW teste également des véhicules autonomes qui permettront aux clients de réserver leurs trajets, tandis qu‘Uber développe un système de conduite sans chauffeur.

La start-up technologique américaine nuTonomy et le spécialiste américain de la réservation de voitures avec chauffeur Lyft, qui a notamment pour actionnaire General Motors, ont annoncé ce mois-ci le lancement à Boston d‘un service à la demande pour une course sur un véhicule autonome.

Pour que les services liés aux véhicules autonomes puissent être commercialisés, Ogi Redzic plaide cependant pour un changement de la législation routière. La plupart des juridictions mondiales n‘autorisent pas expressément les véhicules à fonctionner sans conducteur sur des routes normales, fait-il valoir.

“Cela ne dépend pas seulement de nous”, ajoute-t-il. “Pour devenir totalement autonome, il faut un changement de lois”.

Claude Chendjou pour le service français, édité par Juliette Rouillon

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below