20 juin 2017 / 06:30 / il y a 4 mois

Evans (Fed) prône la patience sur les taux

NEW YORK (Reuters) - Charles Evans, président de l‘antenne de Chicago de la Réserve fédérale, estime que la banque centrale américaine devrait attendre la fin de l‘année pour envisager une éventuelle nouvelle hausse de taux compte tenu de la récente décélération de l‘inflation.

Charles Evans, président de l'antenne de Chicago de la Réserve fédérale, estime que la banque centrale américaine devrait attendre la fin de l'année pour envisager une éventuelle nouvelle hausse de taux compte tenu de la récente décélération de l'inflation. /Photo d'archives/REUTERS/Jim Young

“Je ne vois pas pourquoi on ne se donnerait pas plus de temps”, a-t-il dit à la presse lundi soir après un discours à l‘Université de New York.

Lors de son discours, il a mis l‘accent sur l‘inflation qui ralentit aux Etats-Unis alors que le taux de chômage est à son niveau le plus bas depuis 16 ans.

Si la Fed a dans les faits atteint son objectif de plein emploi, elle a un “ratage sérieux” quant à son autre objectif qui est un taux d‘inflation de 2%, a fait valoir Charles Evans.

Il a dit ne pas vouloir entrer dans le débat sur le fait de savoir si la Fed doit relever ses taux deux, trois ou quatre fois en 2017. “Ce qui importe, c‘est que l‘environnement actuel milite en faveur de hausses de taux très graduelles et d‘une réduction très progressive de notre bilan”, a-t-il dit.

Le taux de chômage a reculé à 4,3% en mai aux Etats-Unis mais l‘inflation n‘était que de 1,5% le mois précédent, selon la mesure de l‘évolution des prix à la consommation qui sert de référence à la Fed.

En dépit de ses inquiétudes sur l‘inflation, Charles Evans s‘est joint la semaine dernière à la majorité de 8-1 des membres votants du conseil de politique monétaire de la Fed (Fomc) qui se sont prononcés en faveur d‘une hausse de taux, la deuxième de l‘année et la quatrième depuis le début du cycle de resserrement en décembre 2015.

La banque centrale a réaffirmé à cette occasion son anticipation de trois hausses de taux sur l‘ensemble de l‘année et elle a précisé les modalités techniques de la future réduction, par paliers, de son bilan, sans en préciser la date.

“Il reste à voir s‘il y aura deux, trois ou quatre hausses de taux cette année, et quand exactement nous commencerons à cesser de réinvestir une partie de nos titres arrivant à échéance”, a dit Charles Evans. “En fait, tout cela dépendra de l‘évolution de la situation et de l‘influence que cela aura sur les perspectives d‘atteinte de nos objectifs.”

Richard Leong, Véronique Tison pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below