30 mai 2017 / 21:33 / il y a 5 mois

Brainard (Fed) attend des hausses de taux mais surveille l'inflation

NEW YORK (Reuters) - Une hausse de taux aux Etats-Unis aura probablement lieu prochainement même s‘il se peut que la Réserve fédérale veuille la repousser si l‘inflation reste faible, a déclaré mardi Lael Brainard, gouverneure de la Fed, qui souhaite aussi réduire le portefeuille d‘obligations de la banque “sans trop tarder”.

Une hausse de taux aux Etats-Unis aura probablement lieu prochainement même s'il se peut que la Réserve fédérale veuille la repousser si l'inflation reste faible, a déclaré mardi Lael Brainard (photo), gouverneure de la Fed, qui souhaite aussi réduire le portefeuille d'obligations de la banque "sans trop tarder". /Photo d'archives/REUTERS/Brian Snyder

Dans un discours plutôt optimiste, elle a cependant affiché son inquiétude face à l‘inflation qui peine ces derniers mois à se rapprocher de l‘objectif de 2% fixé par la banque centrale.

“Il serait raisonnable de conclure qu‘un nouveau pas vers moins de soutien devrait bientôt être approprié”, a-t-elle dit sans évoquer la prochaine réunion de la Fed des 13 et 14 juin.

Néanmoins, “si la tension entre les progrès en matière d‘emploi et l‘absence de progrès sur le front de l‘inflation persiste, cela pourrait m‘amener à revoir” cette prédiction, a ajouté Lael Brainard, une “colombe” en matière de politique monétaire, qui dispose d‘un droit de vote permanent au comité de la Fed. “L‘absence apparente de progrès vers un retour de l‘inflation de base vers les 2% est une source d‘inquiétude.”

La Fed a relevé ses taux deux fois depuis le mois de décembre et les investisseurs s‘attendent largement à ce qu‘elle resserre encore sa politique monétaire le mois prochain, puis encore une fois avant la fin de l‘année.

La banque a également signalé son intention de commencer à réduire son portefeuille d‘obligations de 4.500 milliards de dollars (4.022 milliards d‘euros), dont l‘essentiel a été amassé à la suite de la crise financière et de la période de récession.

Brainard s‘est dite largement favorable à un tel processus qui, selon elle, devrait être placé en “pilotage automatique” et commencer dès cette année, quitte à être interrompu, voire inversé, en cas de “choc négatif” pour l‘économie américaine.

Jonathan Spicer, Juliette Rouillon pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below