24 mai 2017 / 10:29 / dans 6 mois

RBS: Le procès ajourné au 7 juin pour laisser le temps à un accord

LONDRES (Reuters) - Un procès dans lequel Royal Bank of Scotland est accusée par des investisseurs d‘avoir présenté une image trompeuse de son bilan avant le lancement d‘une augmentation de capital en 2008 a été repoussé de deux semaines à la demande des deux parties, alors que les négociations en vue d‘un accord à l‘amiable se poursuivent à Londres.

Un procès dans lequel Royal Bank of Scotland est accusée par des investisseurs d'avoir présenté une image trompeuse de son bilan avant le lancement d'une augmentation de capital en 2008 a été repoussé de deux semaines à la demande des deux parties, alors que les négociations en vue d'un accord à l'amiable se poursuivent à Londres. /Photo d'archives/REUTERS/Neil Hall

Le juge chargé de l‘affaire a annoncé mercredi que le procès au civil, qui devait commencer lundi et avait déjà été ajourné, était reporté au 7 juin.

L‘avocat des plaignants s‘est dit confiant dans la possibilité de parvenir à un accord amiable et a ajouté qu‘il informerait jeudi le tribunal des progrès réalisés dans les discussions.

Les plaignants affirment que la banque avait donné une image trompeuse de sa santé financière avant le lancement d‘une augmentation de capital en 2008. Quelques mois après cet appel au marché, l‘Etat volait au secours d‘une banque au bord de la faillite en y injectant 45,8 milliards de livres et conserve à ce jour une participation de plus de 70% dans son capital.

L‘action RBS gagne 1,59% vers 10h00 GMT alors que l‘indice européen des banques progresse pour sa part de 0,30%.

Cette affaire, qui menaçait à un moment d‘être la plus importante et la plus coûteuse de l‘histoire judiciaire de la Grande-Bretagne, opposait au départ la banque britannique à cinq groupes de plaignants, dont quatre ont signé un accord amiable.

RBS a doublé son offre au dernier groupe d‘actionnaires, avaient dit des sources à Reuters, afin de s‘épargner un pénible procès où seraient examinées en détail les décisions prises par son ex-directeur général, Fred Goodwin, à l‘époque.

Certains au sein du groupe d‘actionnaires sont disposés à négocier mais quelques-uns restent déterminés à mener le procès à son terme afin de forcer Fred Goodwin et son équipe à justifier leurs actes dans cette affaire, avaient dit les sources.

Marc Joanny et Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît van Overstraeten

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below