21 mai 2017 / 12:40 / il y a 6 mois

La BCE devra "faire preuve de cran" face à l'inflation, dit Weidmann

ZURICH (Reuters) - Une politique monétaire accommodante reste appropriée pour l‘instant dans la zone euro mais la Banque centrale européenne (BCE) devra “faire preuve de cran” lorsque les pressions inflationnistes deviendront plus fortes, a déclaré le président de la Bundesbank, Jens Weidmann.

Une politique monétaire accommodante reste appropriée pour l'instant dans la zone euro mais la Banque centrale européenne (BCE) devra "faire preuve de cran" lorsque les pressions inflationnistes deviendront plus fortes, a déclaré le président de la Bundesbank, Jens Weidmann. /Photo prise le 21 avril 2017/REUTERS/Mike Theiler

L‘élection d‘Emmanuel Macron, favorable à une plus grande convergence au sein de la zone euro, en tant que président de la France a réduit le degré d‘incertitudes politiques dans la région sans pour autant donner automatiquement carte blanche à la BCE pour lancer un cycle de resserrement monétaire, a dit Jens Weidmann au journal autrichien Der Standard.

“Nous ne fondons pas notre politique monétaire sur les événements politiques mais sur les perspectives de prix. A l‘heure actuelle, il est incontestable qu‘une politique monétaire expansive est appropriée. Il existe cependant des opinions assez différentes sur l‘ampleur nécessaire de cette expansion monétaire et sur les instruments auxquels nous avons recours”, a dit Jens Weidmann, membre du conseil des gouverneurs de la BCE.

En excluant le coût élevé de l‘énergie, la pression sur les prix reste faible dans la zone euro, a-t-il ajouté. “Mais elle va progressivement augmenter avec la reprise économique. Cela doit être correctement pris en compte dans notre politique monétaire tournée vers l‘avenir et il y a aussi des débats à ce sujet au sein du conseil des gouverneurs”, a-t-il déclaré.

Avec la vaste politique de rachats d‘actifs mise en oeuvre par la BCE, les banques centrales des pays de la zone euro sont devenues les principaux créanciers de ces Etats, ce qui pourrait conduire à de fortes pressions politiques sur les responsables de la BCE afin qu‘ils continuent d‘alléger le fardeau des dettes publiques de la région en évitant tout resserrement monétaire, a mis en garde Jens Weidmann.

A ses yeux, les décideurs de la BCE devront faire preuve de fermeté lorsque les pressions inflationnistes grandiront.

“Nous ne pouvons pas reporter la normalisation de la politique monétaire en raison de la situation des finances publiques dans certains pays ou en raison des pertes que pourraient subir des intervenants sur les marchés financiers. La BCE devra alors faire preuve de cran”, a dit Jens Weidmann.

Il a jugé important que tous les pays de la zone euro respectent les règles budgétaires et souligné que la France et l‘Allemagne devaient servir d‘exemples à cet égard.

Le journal allemand Der Spiegel a rapporté que l‘Allemagne souhaitait voir Jens Weidmann succéder à Mario Draghi au poste de président de la BCE.

A la question du journal Der Standard lui demandant s‘il était impossible d‘avoir prochainement un Allemand à la tête de la BCE, Jens Weidmann a répondu: “Vous voulez dire que ce serait le seul poste européen à responsabilité pour lequel une nationalité serait exclue en tant que telle? Non, sérieusement, le président de la BCE doit être sélectionné en fonction de ses qualifications et pas de sa nationalité.”

Michael Shields; Bertrand Boucey pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below