11 mai 2017 / 16:18 / dans 4 mois

Constancio (BCE) plaide pour une politique toujours accommodante

Le maintien d'une politique monétaire accommodante pour une période prolongée est l'option la plus sûre pour la Banque centrale européenne (BCE) si elle veut éviter une rechute de l'économie de la zone euro, a déclaré son vice-président, Vitor Constancio (photo), qui a semblé ainsi exclure un changement d'orientation de la politique monétaire avant l'automne et a contribué à un affaiblissement passager de l'euro. /Photo d'archives/REUTERS/Brendan McDermid

FRANCFORT (Reuters) - Le maintien d‘une politique monétaire accommodante pour une période prolongée est l‘option la plus sûre pour la Banque centrale européenne (BCE) si elle veut éviter une rechute de l‘économie de la zone euro, a déclaré son vice-président, qui a semblé ainsi exclure un changement d‘orientation de la politique monétaire avant l‘automne et a contribué à un affaiblissement passager de l‘euro.

Vitor Constancio a dit que la BCE avait besoin d‘être convaincue que l‘inflation au sein de la zone euro s‘oriente fermement vers l‘objectif de près de 2% en rythme annuel avant de revenir sur sa politique d‘achats massifs d‘actifs et de taux d‘intérêt négatifs.

“(Une politique accommodante) pour une période prolongée est moins risquée qu‘une retrait prématuré de la stimulation (monétaire)”, a dit Constancio dans un entretien à Reuters en marge d‘une conférence organisée par la BCE.

Ses propos font écho à ceux tenus récemment par le président de la BCE Mario Draghi et par l‘économiste en chef de la banque centrale Peter Praet, montrant que les membres du directoire resserrent les rangs face aux demandes répétées en provenance d‘Allemagne pour une normalisation de la politique monétaire au vu de l‘amélioration de la situation économique au sein de la zone euro.

L‘euro s‘est brièvement affaibli contre la devise américaine après les déclarations de Constancio tombant à un plus bas en séance de 1,0830 dollar.

BULLES FINANCIERES

Vitor Constancio a aussi mis en garde contre une distribution de crédit “sans contrainte” par des banques utilisant le même collatéral à plusieurs reprises pour se refinancer au risque de créer de nouvelles bulles financières.

Le vice-président de la BCE s‘est en particulier alarmé de tentatives d‘exclure les prises en pension (repo) du calcul du ratio de levier des banques qui rapporte le total de leurs engagements à leurs fonds propres.

“Un domaine qui reste encore caractérisé par un manque de réformes est celui de la ré-utilisation du collatéral”, a dit Constancio.

“Il y a une pression en cours pour exclure les repos du calcul du ratio de levier qui non seulement affaiblit la norme mais aussi fait disparaître le seul frein à la capacité des banques à créer sans contrainte des liquidités à l‘intérieur (du système).”

Il a ajouté que les récentes initiatives du Conseil de stabilité financière (FSB), qui coordonne la réglementation bancaire au sein du G20, n‘allaient pas assez loin en la matière et que les tentatives pour s‘attaquer à ce problème à l‘international étaient dans l‘impasse.

Francesco Canepa, Marc Joanny pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below