8 mai 2017 / 07:53 / il y a 3 mois

L'accord sur le pétrole pourrait être prolongé de 9 mois voire plus

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et plusieurs grands producteurs extérieurs au cartel envisagent de prolonger leur accord de réduction de la production pendant neuf mois voire plus afin d'éviter une hausse de l'offre qui minerait les prix au premier trimestre de l'année prochaine, lorsque la demande devrait faiblir, ont dit des sources internes à l'Opep et industrielles. /Photo prise le 20 avril 2017/Essam Al-Sudani

LONDRES/DUBAI (Reuters) - L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et plusieurs grands producteurs extérieurs au cartel envisagent de prolonger leur accord de réduction de la production pendant neuf mois voire plus afin d'éviter une hausse de l'offre qui minerait les prix au premier trimestre de l'année prochaine, lorsque la demande devrait faiblir, ont dit des sources internes à l'Opep et industrielles.

L'Opep, la Russie et 10 autres États non membres se sont engagés à réduire la production pétrolière de 1,8 million de barils par jour (bpj) pendant six mois à compter du 1er janvier dernier.

Mais les stocks mondiaux restent élevés, ce qui contribue à ramener les prix du baril de brut en deçà des 50 dollars et plaide pour un prolongement de l'accord au moins jusqu'à la fin de l'année.

La production de pays qui ne participent à l'accord, comme les Etats-Unis, a aussi progressé, contribuant à maintenir les cours du brut en dessous du seuil de 60 dollars le baril, que l'Arabie saoudite et d'autres pays souhaiteraient voire atteint.

Les pays membres de l'Opep discutent entre eux de l'opportunité d'une prolongation de l'accord de neuf mois voire plus longtemps afin de donner plus de temps au marché pour se rééquilibrer, ont dit les sources.

Une source industrielle au fait de ces discussions a dit que la question d'une prolongation de l'accord jusqu'à la fin du premier trimestre 2018, période pendant laquelle la demande de brut est traditionnellement faible, avait été débattue.

"Accroître la production pendant ces mois pourrait avoir un effet négatif (sur les prix). Donc nous pourrions demander une prolongation jusqu'à la fin du premier trimestre 2018", a dit la source.

Une source interne à l'Opep a dit que d'autres idées et scénarios ont été discutés et elle a ajouté que les pays du Golfe avaient débattu d'une prolongation de l'accord au-delà de six mois.

Une autre source au sein de l'Opep a dit qu'il serait difficile d'obtenir un consensus sur une prolongation des réductions de production pendant plus de six mois mais que "tout pouvait arriver".

Une troisième source a dit qu'une prolongation allant jusqu'à un an pourrait être une option.

Le ministre de l'Energie saoudien Khalid Al-Falih a dit lundi s'attendre à une extension de l'accord d'encadrement de la production de l'Opep au second semestre 2017 et peut-être au-delà.

"Au vu des consultations que j'ai eues avec les signataires de l'accord, je pense qu'il sera étendu à la seconde moitié de l'année et peut-être au-delà", a dit Al-Falih lors une manifestation à Kuala Lumpur.

Le ministre de l'Energie russe, Alexandre Novak a soutenu lundi une prolongation des réductions de production en disant que cela accélérerait l'assainissement du marché. Il n'a toutefois pas mentionné de durée.

Les ministres de l'Opep et leurs homologues non membres du cartel se retrouveront le 25 mai à Vienne.

Florence Tan et A. Ananthalakshmi; Catherine Mallebay-Vacqueur et Marc Joanny pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below