5 mai 2017 / 18:34 / il y a 7 mois

Le PDG d'Agora espère pouvoir sécuriser 70% des emplois

PARIS (Reuters) - Agora Distribution (Tati, Giga Store, Fabio Lucci et Degrif‘Mania), placé en redressement judiciaire, a reçu à ce jour cinq offres conditionnelles sérieuses et susceptibles de sécuriser 70% de ses emplois.

Agora Distribution, placé en redressement judiciaire, a reçu à ce jour cinq offres conditionnelles sérieuses et susceptibles de sécuriser 70% de ses emplois. /Photo prise le 4 mai 2017/REUTERS/Christian Hartmann

“Les offres sont encore conditionnelles mais elles ont été nettement améliorées par rapport aux propositions initiales”, a déclaré vendredi à Reuters Michel Rességuier, PDG d‘Agora.

Le groupe a fait l‘objet d‘une seule offre globale, émanant d‘un fonds d‘investissement étranger, mais assortie de conditions difficiles à satisfaire.

Cinq offres restent en lice, émanant des groupes Centrakor, Stokomani, Gifi, Maxi Bazar et Foir‘Fouille, qui ne sont pas tous intéressés par les mêmes actifs.

“En les combinant, nous pourrions parvenir à ce que 70% des effectifs soient repris”, a précisé le dirigeant.

Agora emploie 1.720 personnes et détient 145 magasins, dont 120 enseignes Tati.

Le tribunal de commerce de Bobigny examinera les offres le 29 mai et rendra sa décision huit jours plus tard.

Mis en vente en février par le groupe Eram, Agora n‘a pas reçu d‘offres satisfaisantes et son dirigeant a préféré opter pour une procédure de redressement judiciaire “afin de protéger les actifs qui ne seront pas vendus”.

Pionnier du discount textile en France, Tati est en perte de vitesse depuis plusieurs années, dans un marché qui recule depuis la crise de 2008.

Distancé par Kiabi, numéro un français de l‘habillement (groupe Mulliez) et plus récemment par les offres à très bas prix de l‘irlandais Primark, il a accusé une perte d‘Ebitda de plus de 60 millions d‘euros en 2016, sur un chiffre d‘affaires de 345 millions d‘euros.

L‘enseigne créée par Jules Ouaki en 1948 et reconnaissable à son imprimé vichy rose et blanc avait déjà fait l‘objet d‘un mandat de vente en 2015, qui n‘avait pas abouti.

Le groupe Eram, fondé en 1927 par Albert-René Biotteau, reste aujourd‘hui contrôlé par la famille fondatrice.

Pascale Denis, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below