5 mai 2017 / 16:09 / dans 5 mois

Les actions européennes et l'euro confiants sur le vote français

Les Bourses européennes ont clôturé en nette hausse vendredi, encouragées par le rebond des prix du pétrole, un bon rapport sur l'emploi aux Etats-Unis et la perspective d'une victoire d'Emmanuel Macron à l'élection présidentielle en France. A Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 1,12% à 5.432,40 points. Le Footsie britannique a gagné 0,68% et le Dax allemand a avancé de 0,55%. /Photo prise le 5 mai 2017/REUTERS/

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont clôturé en nette hausse vendredi, encouragées par le rebond des prix du pétrole, un bon rapport sur l‘emploi aux Etats-Unis et la perspective d‘une victoire, dimanche, d‘Emmanuel Macron à l‘élection présidentielle en France, qui place l‘euro juste sous le seuil de 1,10 dollar.

A Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 1,12% à 5.432,40 points, l‘indice parisien ayant renoué avec le seuil des 5.400 points pour la première fois depuis la mi-janvier 2008.

Le Footsie britannique a gagné 0,68% et le Dax allemand a avancé de 0,55%. L‘indice EuroStoxx 50 a clôturé en hausse de 0,85%, le FTSEurofirst 300 a pris 0,61% et le Stoxx 600 s‘est adjugé 0,65%, à un plus haut de 21 mois.

Sauf énorme surprise dimanche soir, Emmanuel Macron devrait être élu huitième président de la Ve République française, alors que tous les sondages donnent l‘ancien ministre de l‘Economie gagnant par une marge telle que la victoire de Marine Le Pen paraît impossible.

Sur les marchés obligataires, l‘écart de rendement entre l‘OAT française à 10 ans et le Bund allemand de même échéance est revenu vendredi autour de 36 points de base, soit ses niveaux de novembre 2016.

De son côté, l‘euro évolue à un plus haut de six mois face au dollar, juste sous le seuil de 1,10 dollar. La confirmation dimanche soir d‘une victoire d‘Emmanuel Macron pourrait pousser la devise unique au-delà de ce seuil, estiment des analystes, ce qui serait une première depuis le 9 novembre et l‘élection de Donald Trump.

Le soutien que constitue la présidentielle française à l‘euro a relégué au second plan le rapport américain sur les créations d‘emplois, de nature pourtant à soutenir le dollar.

Le nombre d‘emplois créés aux Etats-Unis a rebondi nettement plus que prévu en avril et le taux de chômage est tombé à un plus bas de presque dix ans, ce qui signale un renforcement du marché du travail qui pourrait inciter la Réserve fédérale américaine à relever ses taux d‘intérêt le mois prochain.

Le chiffre des créations d‘emploi pour le mois de mars a néanmoins été révisé en baisse, alors qu‘il était déjà ressorti très inférieur aux attentes, et la progression des salaires est restée modérée le mois dernier.

Le dollar progresse face au yen mais recule face à la livre sterling et à un panier de devises de référence.

A Wall Street, la Bourse de New York évoluait sans grand changement à la clôture des marchés européens, le repli d‘IBM (-2,4%) pesant en particulier sur l‘indice Dow Jones.

En Europe, le britannique Pearson s‘est envolé de 12,38% et a signé la plus forte hausse du Stoxx 600 après l‘annonce d‘un nouveau plan d‘économies et de la possible cession de son activité de manuels scolaires aux Etats-Unis.

A Londres encore, Marks & Spencer a grimpé de 4,95% après avoir nommé un nouveau président de son conseil d‘administration, dont la connaissance du secteur a rassuré les investisseurs.

De son côté, Banco Popular a bondi de 8,85% alors que la nouvelle direction de la banque a dit réfléchir à des cessions d‘actifs pour améliorer le bilan.

A contrario, Engie a accusé l‘unique repli du CAC 40 (-0,22%), après des résultats trimestriels en baisse.

Parmi les plus fortes baisses du Stoxx 600, JCDecaux a chuté de 4,14% en réaction à ses résultats trimestriels marqués par un recul du chiffre d‘affaires.

Le rebond des cours du pétrole et des métaux a permis aux compartiments pétrolier et gazier (+2,06%), et des ressources de base (+2,55%) de signer les plus fortes hausses sectorielles en Europe.

Après avoir touché jeudi des plus bas de six mois, les prix du baril de Brent et de celui du brut léger américain rebondissent de près de 2%, portés par des espoirs d‘une prolongation de l‘accord entre l‘Opep et des producteurs extérieurs au cartel sur une réduction concertée de la production mondiale de pétrole.

Sur le marché des métaux, le cours du cuivre gagne 0,78%, le nickel progresse de 1,44% et les contrats à terme sur le minerai de fer affichent une hausse de 2,89%.

Blandine Hénault, édité par Patrick Vignal

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below