26 avril 2017 / 12:58 / il y a 5 mois

Autriche: Enquête ouverte sur le président d'Airbus Enders

Le parquet de Vienne a annoncé mercredi qu'il avait ouvert une enquête sur le président exécutif d'Airbus Thomas Enders sur des soupçons d'escroquerie liés à un contrat passé en 2003 avec l'Autriche pour l'achat d'avions de combat Eurofighter. /Photo d'archives/REUTERS/Thomas Peter

VIENNE (Reuters) - Le parquet de Vienne a annoncé mercredi qu‘il avait ouvert une enquête sur le président exécutif d‘Airbus Thomas Enders sur des soupçons d‘escroquerie liés à un contrat passé en 2003 avec l‘Autriche pour l‘achat d‘avions de combat Eurofighter.

La correspondance dont Reuters a pris connaissance cite Enders comme l‘une des personnes mises en cause par ces investigations et une porte-parole du parquet de Vienne a dit que l‘information était exacte.

“Je peux confirmer cela”, a dit la porte-parole lorsqu‘on lui a demandé si Enders faisait l‘objet d‘une instruction.

Airbus a confirmé que Tom Enders était concerné par l‘enquête. “Le procureur de Vienne nous a informé cet après-midi pour la première fois que toutes les personnes figurant sur la liste de l‘Austrian Finanzprokuratur (le conseiller juridique de l‘Autriche) étaient concernées”, a déclaré un porte-parole d‘Airbus par mail.

“Tom Enders figure sur cette liste. Comme nous l‘avons dit à plusieurs reprises, nous considérons que ces accusations sont totalement infondées”, a-t-il ajouté.

Enders et Airbus, qui s‘appelait à l‘époque European Aeronautic, Defence and Space Company (EADS), ont toujours démenti la moindre irrégularité.

Enders dirigeait la division défense d‘EADS lors de la signature de ce contrat de 1,8 milliard d‘euros.

Les ministères publics autrichien et allemand enquêtent depuis des années pour savoir s‘il y a eu des faits de corruption destinés à privilégier l‘Eurofighter aux dépens des concurrents proposés par Saab et Lockheed Martin.

L‘Autriche avait déjà engagé en février des poursuites contre Airbus et le consortium Eurofighter, pour tromperie et escroquerie présumées sur ce contrat.

Les écologistes autrichiens et le Parti de la liberté (FPÖ, extrême droite) avaient par ailleurs annoncé début mars s‘être mis d‘accord sur la création d‘une commission d‘enquête parlementaire sur cette affaire.

Le consortium Eurofighter regroupe Airbus, qui y représente les intérêts industriels de l‘Allemagne et de l‘Espagne, BAE Systems et Leonardo.

L‘action Airbus a terminé stable à 74,09 euros en Bourse de Paris, dont l‘indice CAC 40 a gagné 0,2%.

Kirsti Knolle, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Joanny

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below