24 avril 2017 / 16:21 / il y a 8 mois

Records pour les actions, l'euro monte, la France rassure

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en forte hausse lundi, portées par un regain d‘appétit pour le risque au lendemain du premier tour de l‘élection présidentielle française. Ce mouvement s‘est propagé à Wall Street et favorise l‘euro tout en faisant baisser les rendements obligataires à trois jours de la réunion de la Banque centrale européenne (BCE).

Les Bourses européennes ont terminé en forte hausse lundi, portées par un regain d'appétit pour le risque au lendemain du premier tour de l'élection présidentielle française. Le CAC 40 a gagné 4,14%, le Footsie a pris 2,11% et le Dax allemand 3,76%. /Photo d'archives/REUTERS/Ralph Orlowski

À Paris, le CAC 40 a enregistré sa plus forte hausse en pourcentage depuis août 2012, gagnant 4,14% (209,65 points) à 5.268,85 points, son plus haut niveau en clôture depuis le 15 janvier 2008, dans des volumes représentant près de deux fois et demie leur moyenne des 90 dernières séances.

Le Footsie britannique a pris 2,11% et le Dax allemand 3,76%, ce dernier inscrivant un record. L‘indice EuroStoxx 50 a progressé de 3,99%, le FTSEurofirst 300 de 2,13% et le Stoxx 600 de 2,11%.

Au moment de la clôture en Europe, Wall Street évoluait elle aussi en territoire positif: le Dow Jones gagnait 0,94% et le Nasdaq - qui a inscrit un nouveau plus haut historique - s‘adjugeait 1,05%.

Plus largement encore, l‘indice MSCI mondial, qui regroupe 46 marchés développés et émergents, prenait 1,43% après un plus haut historique.

Cette hausse des actions s‘accompagne d‘une forte diminution de la volatilité: l‘indice VIX de Wall Street reculait de plus de 22% vers 15h30 GMT, celui de l‘Eurostoxx 50 de plus de 35%.

La perspective du duel entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen au second tour de la présidentielle française le 7 mai a donc rassuré les investisseurs car elle écarte selon la plupart des commentaires le risque de voir un eurosceptique entrer à l‘Elysée.

Ce soulagement a profité en premier lieu aux valeurs bancaires de la zone euro, dont l‘indice Stoxx a pris 7,21%, sa meilleure performance en une séance depuis août 2012, pour atteindre un pic de 16 mois.

Le compartiment bancaire truste les dix premières places du classement des plus fortes hausses du Stoxx 600 et à Paris, Crédit agricole, Société générale et BNP Paribas ont passé la journée en tête du CAC, avec des gains respectifs de 10,86%, 9,86% et 7,52%.

Une seule valeur du CAC a fini la journée dans le rouge: LafargeHolcim (-1,66%), affecté par l‘annonce du prochain départ de son directeur général, Eric Olsen.

Sur le marché des devises, l‘euro a bénéficié à plein du mouvement général de soulagement lié à la présidentielle française, s‘appréciant de plus de 1,2% face au dollar à plus de 1,0860, au plus haut depuis novembre.

Parallèlement, le rendement des obligations d‘Etat françaises à 10 ans est en forte baisse, revenant sous 0,77%, à son niveau de début janvier, avant que n‘émergent les spéculations sur une possible victoire de Marine Le Pen. Ce mouvement de retour sur les obligations françaises a aussi bénéficié aux titres souverains de pays dits “périphériques”, comme l‘Italie, l‘Espagne ou le Portugal.

En revanche, le rendement du Bund à dix ans allemand, valeur refuge par excellence, est remonté de plus de neuf points de base, à 0,34% et l‘écart de rendements entre titres français et allemands est ainsi revenu à 43 points.

Les investisseurs obligataires ont désormais en ligne de mire la réunion de la Banque centrale européenne (BCE), jeudi, qui pourrait donner l‘occasion à son président de fournir des indices sur l‘évolution des débats en vue d‘un début de resserrement de la politique monétaire dans les mois à venir.

“Mario Draghi a désormais le champ libre pour adapter progressivement sa communication dès le comité de juin en dégageant les principales pistes pour ralentir ses achats mensuels”, estime Nicolas Forest, Directeur de la gestion obligataire chez Candriam.

“Une victoire de Macron laisse le champ à davantage de resserrement qu‘anticipé. Et même si Mario Draghi veut l‘éviter, nous pensons que cela devrait renchérir la devise européenne et amener les taux allemands à remonter progressivement.”

Le marché pétrolier, enfin, après un début de journée en hausse, est repassé dans le rouge, rattrapé par les craintes liées à l‘augmentation du nombre de puits en activité aux Etats-Unis. Le Brent et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) abandonnent autour de 0,8%.

Marc Angrand, édité par Bertrand Boucey

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below