18 avril 2017 / 11:20 / dans 5 mois

Le risque politique pénalise les Bourses de Paris et Londres

Les principales Bourses européennes évoluent dans le rouge mardi à la mi-journée au sortir du week-end pascal, le risque politique pesant en particulier sur les places de Paris et de Londres. Le CAC 40 recule de 1,31% vers 10h55 GMT. A Londres, le Footsie 100, est en repli de 1,57%. /Photo d'archives/REUTERS/Suzanne Plunkett

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent dans le rouge mardi à la mi-journée au sortir du week-end pascal, le risque politique pesant en particulier sur les places de Paris et de Londres.

Les contrats à terme sur les indices new-yorkais signalent par ailleurs une ouverture de Wall Street en baisse, entre 0,1% et 0,3%, mais cette tendance pourrait changer en fonction des publications de résultats d‘entreprises attendues.

À Paris, le CAC 40 recule de 1,31% à 5.004,85 points vers 10h55 GMT, après être repassé brièvement sous les 5.000 points pour la première fois depuis le 27 mars.

L‘indice phare de la Bourse de Paris est pénalisé par les craintes entourant l‘élection présidentielle française, à cinq jours du premier tour du scrutin.

Les écarts dans les intentions de vote sont de plus en plus resserrés entre les quatre principaux candidats à l‘élection présidentielle, selon deux sondages publiés mardi par Opinionway et Ifop-Fiducial. Emmanuel Macron fait la course en tête devant Marine Le Pen, François Fillon et Jean-Luc Mélenchon se battant pour la troisième place.

“La course à la présidentielle, avec l‘ascension de Jean-Luc Mélenchon, est devenue plus incertaine : il y a toujours deux candidats en tête mais il existe désormais deux autres candidats juste derrière”, observent les analystes de Morgan Stanley.

A Londres, le Footsie 100, en repli de 1,57%, est pénalisé par les incertitudes entourant le Brexit. La Première ministre britannique, Theresa May, a annoncé mardi qu‘elle souhaitait organiser des élections anticipées en Grande-Bretagne le 8 juin, expliquant la tenue de ce scrutin par un souci de stabilité et d‘unité durant les deux ans de négociations sur la sortie du Royaume-Uni de l‘Union européenne.

Cette annonce a créé une forte volatilité sur la livre sterling, qui a baissé jusqu‘à 1,2513 face au dollar dans la perspective du discours Theresa May avant de se reprendre et de bondir à 1,2670.

A Francfort, le Dax affiche un repli plus limité, en baisse de 0,64%. L‘indice paneuropéen FTSEurofirst 300 recule de 0,9%, l‘EuroStoxx 50 de la zone euro perd 0,95% et le Stoxx 600 abandonne 0,87%.

Aux valeurs, le joaillier danois Pandora accuse la plus forte baisse du Stoxx 600 (-9%), en raison d‘un abaissement de recommandation par Carnegie, passé d’“acheter” à “conserver” sur la valeur.

Le secteur des ressources de base (-2,6%) est pénalisé par la baisse des cours des métaux, comme le cuivre et le nickel. A Paris, la plus forte baisse du CAC 40 est pour ArcelorMittal (-7%).

De leur côté, les cours du pétrole ne profitent pas de la baisse du dollar face à un panier de devises de référence et restent pénalisés par des signaux montrant une hausse de la production pétrolière aux Etats-Unis.

Les investisseurs doivent par ailleurs digérer une salve de résultats d‘entreprises, notamment aux Etats-Unis. Bank of America a publié des résultats supérieurs aux attentes au premier trimestre. Goldman Sachs doit aussi faire part avant l‘ouverture de Wall Street de ses comptes trimestriels.

Blandine Hénault

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below