13 avril 2017 / 16:24 / dans 7 mois

Total: Contrat avec le japonais JERA pour 400.000 tonnes de GNL

PARIS (Reuters) - Total a conclu avec le japonais JERA un contrat de court terme de livraison de gaz naturel liquéfié (GNL), un signe de souplesse dans un contexte de marché saturé et de prix bas, a déclaré à Reuters le directeur général de la branche Gas, Renewables & Power créée l‘an dernier par le groupe français.

Total a conclu avec le japonais JERA un contrat de court terme de livraison de gaz naturel liquéfié (GNL), un signe de souplesse dans un contexte de marché saturé et de prix bas, a déclaré à Reuters le directeur général de la branche Gas, Renewables & Power créée l'an dernier par le groupe français. /Photo d'archives/REUTERS/Stephen Hird

Dans le cadre de l‘accord signé la semaine dernière, JERA, premier acheteur mondial de GNL, s‘est engagé à réceptionner six méthaniers, soit environ 400.000 tonnes de GNL, a précisé Philippe Sauquet lors d‘une interview.

Le prix du GNL livré sera indexé sur le prix du baril de pétrole pour quatre d‘entre eux et de façon optionnelle sur le prix du marché spot pour les deux autres, a-t-il ajouté.

“Nous sommes les premiers à négocier un nouveau contrat avec eux. La situation actuelle du marché favorise ce type de créativité”, commente Philippe Sauquet.

En raison de l‘abondance de l‘offre, les prix spot du GNL en Asie ont chuté de plus de 20 dollars par million d‘unités thermiques britanniques (mmBtu) en 2014 à moins de 6 dollars actuellement.

Le contrat avec JERA illustre la stratégie de Total de continuer à croître dans la chaîne d‘approvisionnement du gaz et à trouver de nouveaux marchés cruciaux pour le développement de grands projets dans le GNL.

“Pour lancer des projets importants comme Ichthys (en Australie, NDLR) ou Yamal (en Russie), il faut sécuriser les marchés”, déclare Philippe Sauquet en expliquant que, même si Total a des contrats de long terme qui assurent le financement de ces projets, il lui faut faire preuve de souplesse pour trouver de nouveaux débouchés.

DEMANDE ROBUSTE

L‘année 2017, estime-t-il, pourrait voir une stabilisation du marché du GNL si la demande reste solide comme en 2016 du fait d‘une baisse attendue de la production en Europe avec les champs vieillissants et moins rentables de mer du Nord et les risques sismiques du champ néerlandais de Groningue.

“Si la demande continue à augmenter au rythme de l‘an dernier, alors 2017 sera OK mais pas une grande année. Nous savons qu‘en 2018-2019 nous n‘échapperons pas à une surabondance sur le marché et il est très probable que nous aurons des prix bas pendant quelques mois.”

La demande en GNL continue à être robuste car de nombreux nouveaux pays sont prêts à consommer davantage de gaz et Total est confiant à moyen et long terme en ce qui concerne la croissance du marché, ajoute Philippe Sauquet.

“Avec les prix bas, certains pays vont davantage utiliser le gaz pour produire l‘électricité. Le gaz devient plus compétitif d‘un point de vue purement économique comparé au charbon, et il y a une évolution de la part de marché au bénéfice du gaz.”

Dominique Rodriguez pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below