11 avril 2017 / 08:03 / dans 7 mois

Les Bourses européennes ouvrent dans des variations modestes

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent mardi avec des variations modestes en début de séance, les investisseurs délaissant les actions au profit des valeurs refuges comme le yen et les obligations d‘Etat sur fond de tensions géopolitiques en Syrie et en Corée mais aussi de risque politique en France à l‘approche du premier tour de l‘élection présidentielle.

Les principales Bourses européennes évoluent mardi avec des variations modestes en début de séance. À Paris, l'indice CAC 40 cède 0,13% vers 07h30 GMT. À Francfort, le Dax perd 0,23% et, à Londres, le FTSE progresse de 0,16 %. /Photo prise le 15 février 2017/REUTERS/Ralph Orlowski

À Paris, l‘indice CAC 40 cède 0,13% à 5.100,80 points vers 07h30 GMT. À Francfort, le Dax perd 0,23% et, à Londres, le FTSE progresse de 0,16 %.

L‘indice EuroStoxx 50 de la zone euro cède 0,25%, le FTSEurofirst 300 0,07% et le Stoxx 600 0,04%.

La prudence pèse sur la tendance et limite les volumes face aux multiples risques géopolitiques qu‘ont à analyser les investisseurs, qu‘il s‘agisse du regain de tension au Moyen-Orient après les frappes américaines en Syrie et les attentats en Egypte ou des risques de confrontation diplomatique et militaire dans la péninsule coréenne.

L‘incertitude sur l‘issue de l‘élection présidentielle en France, inhabituellement élevée à moins de deux semaines du premier tour, constitue un facteur supplémentaire décourageant la prise de risque.

Dans ce contexte défavorable aux actions, les valeurs jugées moins risquées ont la cote, comme le Bund allemand, dont le rendement est brièvement tombé mardi sous 0,2%, pour la première fois depuis plus de cinq semaines, où le yen, qui a touché un pic de quatre semaines face à l‘euro, à 116,95 yens.

Du côté des valeurs individuelles, LVMH signe la plus forte progression du CAC 40 après avoir annoncé une croissance organique en hausse de 13% au premier trimestre, un chiffre nettement plus élevé que prévu, dans un environnement devenu plus porteur pour le luxe..

L‘action du groupe de luxe gagne 1,8% à 211,25 euros après avoir touché en début de séance un plus haut historique à 213,50 euros. Dans le sillage de LVMH, Kering prend 0,7% et Dior 0,85%.

La plus forte progression du Stoxx 600 est pour le britannique Balfour Beatty (+5,95%), qui bénéficie d‘un relèvement de recommandation. A la hausse également, le suisse Givaudan (+3,13%), qui profite de résultats bien accueillis.

A la baisse, les banques (-0,52%) pèsent encore sur la tendance. A Paris, Société générale et BNP Paribas perdent chacune autour de 1%.

Les investisseurs prendront connaissance en cours de séance de plusieurs indicateurs, notamment l‘inflation britannique, très suivie alors que s‘amorcent les négociations menant au Brexit, l‘indice ZEW de la confiance des investisseurs allemands et les chiffres de la production industrielle en zone euro.

La Bourse de Tokyo a fini en baisse de 0,27% avec un recul de 2,7% pour Toshiba qui pourrait publier dans la journée ses résultats financiers dont la parution a déjà été reportée deux fois.

Toshiba souhaite publier ses résultats sans l‘aval de ses commissaires aux comptes, rapporte une source proche du dossier, une décision qui augmenterait son risque d‘être radié de la Bourse de Tokyo.

La Bourse de Shanghai a pris 0,58%, portée par les valeurs qui bénéficieront de la création d‘une nouvelle zone franche proche de Pékin. L‘indice MSCI regroupant les valeurs d‘Asie et du Pacifique (hors Japon) cède 0,27%.

Les cours du pétrole se stabilisent, tout comme le dollar face à un panier de devises de référence.

Wall Street a terminé lundi sans grand changement dans l‘attente du coup d‘envoi de la saison des résultats trimestriels.

La Réserve fédérale compte relever les taux de manière progressive de façon à assurer une croissance économique saine, dotée du plein emploi et d‘une inflation proche de 2%, et sans risque de surchauffe aux Etats-Unis, a déclaré après la clôture la présidente de la banque centrale américaine, Janet Yellen.

Patrick Vignal, édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below