7 avril 2017 / 11:05 / dans 6 mois

La BoE appelle à un pacte bancaire entre Londres et l'UE

Le gouverneur de la Banque d'Angleterre (BoE) Mark Carney (photo) a appelé vendredi la Grande-Bretagne et l'Union européenne à reconnaître chacune la réglementation bancaire de l'autre afin de ne pas pénaliser le secteur financier en Europe après le Brexit. /Photo prise le 7 avril 2017/REUTERS/Peter Nicholls

(Reuters) - Le gouverneur de la Banque d‘Angleterre (BoE) Mark Carney a appelé vendredi la Grande-Bretagne et l‘Union européenne à reconnaître chacune la réglementation bancaire de l‘autre afin de ne pas pénaliser le secteur financier en Europe après le Brexit.

Lors d‘un discours dans les bureaux de Thomson Reuters à Londres, Mark Carney a prévenu que les banques devaient toutefois se préparer à l‘éventualité d‘un Brexit “dur”, dans lequel aucun accord n‘aurait pu être trouvé, et a fixé au 14 juillet la date limite à laquelle tous les établissements financiers opérant en Grande-Bretagne devront avoir dit ce qu‘ils comptent faire.

Toutes les banques, y compris celles qui ne sont pas britanniques, utilisent un “passeport” européen pour opérer dans l‘UE à partir de Londres.

Mais cet arrangement devrait prendre fin quand la Grande-Bretagne n‘aura plus accès au marché unique européen dans deux ans, au terme de la procédure du Brexit. Et l‘on ignore si un accord le remplacera.

La Première ministre Theresa May a souligné l‘importance de parvenir à un accord commercial avec l‘UE incluant les services financiers, considérés comme un “secteur crucial”.

Le système financier mondial est “à la croisée des chemins”, a déclaré Mark Carney vendredi. “D‘un côté, nous pouvons construire un système plus efficace, plus résistant pour une mondialisation financière responsable. De l‘autre, nous pouvons nous replier sur nous-mêmes et perdre confiance dans les systèmes qui nous sont étrangers.”

“La façon dont les négociations sur le Brexit se terminent sera un test pour une mondialisation financière responsable”, a-t-il dit.

“L‘UE et le Royaume-Uni sont donc idéalement placés pour créer un système efficace et respectueux des réglementations de chacun, tout en s‘engageant à créer un système de supervision, de régulation basé sur la coopération”, a-t-il ajouté.

Les banques craignent que la Grande-Bretagne et l‘UE ne trouvent pas un accord à temps et se préparent à transférer hors de Londres une partie de leurs effectifs, que Paris et Francfort sont prêts à accueillir.

HSBC, UBS et Morgan Stanley ont décidé de transférer chacune un millier de leurs employés dans les prochaines années, ont rapporté des sources à Reuters.

Mark Carney a dit que la BoE devait être préparée au pire des scénarios.

Parallèlement, le directeur de l‘Autorité de régulation prudentielle (PRA) Sam Woods a écrit vendredi à toutes les sociétés financières ayant des activités transfrontalières entre le Royaume-Uni et l‘UE pour leur demander de lui faire part de leurs intentions.

La secteur financier britannique représente quasiment 25% des revenus des services financiers de l‘UE, selon la BoE. Quatre-vingts des 358 banques opérant au Royaume-Uni disposent d‘un siège social ailleurs en Europe.

Les services financiers contribuent à hauteur de 7% au produit intérieur de la Grande-Bretagne, toujours selon la BoE.

David Milliken et Huw Jones; Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Patrick Vignal

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below