6 avril 2017 / 11:22 / dans 8 mois

Les Bourses hésitantes après la Fed et avant la réunion Trump-Xi

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent en ordre dispersé à mi-séance jeudi et Wall Street est attendue sur une note légèrement positive à l‘ouverture, les investisseurs restant sur leurs gardes après le froid jeté sur les marchés par la Réserve fédérale (Fed) et à quelques heures de la première rencontre entre les présidents américain et chinois.

Les Bourses européennes évoluent en ordre dispersé à mi-séance jeudi. Vers 10h57 GMT, le CAC 40 gagne 0,18%, le Dax recule de 0,21% et le FTSE cède 0,35%. /Photo d'archives/REUTERS/Alex Domanski

À Paris, le CAC 40 gagne 0,18% à 5.100,85 points vers 10h57 GMT. À Francfort, le Dax recule de 0,21% et à Londres, le FTSE cède 0,35%. L‘indice paneuropéen FTSEurofirst 300 perd 0,17%, le Stoxx 600 abandonne 0,17%% mais l‘EuroStoxx 50 de la zone euro grappille 0,03%.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse d‘environ 0,1%, alors que le marché d‘actions américain a terminé en baisse mercredi après la publication du compte rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la Fed. Ces “minutes” ont surpris les investisseurs, qui ne s‘attendaient pas à ce que la banque centrale ait aussi clairement évoqué le mois dernier la possibilité d‘une réduction de son bilan avant la fin de l‘année.

La Fed explique en effet que pour la plupart des participants à la réunion, “un changement dans la politique de réinvestissement du Comité serait vraisemblablement approprié plus tard dans l‘année”. En clair, la banque centrale pourrait cesser dans les prochains mois de réinvestir le produit des titres qu‘elle détient lorsqu‘ils arrivent à échéance, une première étape dans la réduction de son bilan, qui représente actuellement quelque 4.500 milliards de dollars (4.200 milliards d‘euros).

De plus, le compte rendu de la réunion de mars précise que “certains participants ont jugé les cours des actions assez élevés au regard des critères standard de valorisation”, un commentaire assez rare de la part des membres du FOMC.

Dans ce contexte, les opérateurs de marchés surveilleront avec d‘autant plus d‘attention la publication des “minutes” de la dernière réunion de la Banque centrale européenne (BCE), prévue à 11h30 GMT.

Le président de la BCE, Mario Draghi, et l‘économiste en chef de la banque centrale, Peter Praet, ont d‘ores et déjà donné jeudi quelques indications sur la politique monétaire à venir de la BCE, qui devrait selon eux rester ultra-accommodante alors que l‘institution n‘est pas encore convaincue d‘un retour de l‘économie de la zone euro à une croissance solide et durable.

Ces déclarations ont brièvement fait tomber l‘euro à un plus bas de trois semaines face au dollar. La monnaie unique a ensuite regagné la majeure partie du terrain perdu.

Aux Etats-Unis, Donald Trump doit rencontrer en fin d‘après-midi (heure locale) dans sa résidence de Mar-a-Lago en Floride le président chinois Xi Jinping. Les opérateurs de marché se sont jusqu‘ici montrés très prudents concernant cette réunion, alors que le président américain a prévenu qu‘elle risquait d‘être “très difficile”.

“Donald Trump a déjà indiqué qu‘il n‘évoquerait pas la taxe sur les importations qu‘il a menacé d‘appliquer pendant la campagne politique, ce qui s‘apparente à un signe d‘apaisement”, observe toutefois Tangi Le Liboux, chez Aurel BGC.

Par ailleurs, les inquiétudes des investisseurs sur la capacité de l‘administration Trump à mettre en oeuvre les baisses d‘impôt promises ont été ravivées mercredi soir par des déclarations du président de la Chambre des Représentants, Paul Ryan, qui a prévenu que la réforme fiscale prendrait plus de temps encore que celle du système de santé.

Aux valeurs, le secteur bancaire (-0,7%) est pénalisé par la perspective d‘une remontée moins rapide que prévu des taux d‘intérêt de la part des banques centrales. A Paris, Crédit Agricole (-0,96%) accuse le plus fort repli du CAC 40.

A l‘inverse, le compartiment immobilier (+0,45%) en profite, affichant la plus forte progression sectorielle en Europe. A Paris, Unibail-Rodamco gagne 1,12% et à Londres, BR Land avance de 1,7%.

De son côté, le secteur des médias est plombé par la chute de Pearson (-8,3%), plus forte baisse du Stoxx 600, alors que le titre se traite ex-dividende et qu‘il a été dégradé à “sous-performance” par Exane BNP Paribas.

Sur le marché obligataire, les rendements des emprunts d‘Etat européens se stabilisent après avoir baissé dans la matinée dans le sillage de ceux des Treasuries.

Le pétrole, lui, reprend des couleurs, après son repli lié à l‘annonce d‘une hausse inattendue des stocks de brut américains. Le Brent s‘échange à plus de 54,50 dollars le baril et le brut léger américain au dessus de 51 dollars.

Blandine Henault, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below