4 avril 2017 / 16:54 / il y a 5 mois

Les Bourses européennes terminent en légère hausse

Les principales Bourses européennes ont terminé en légère hausse mardi, mais sans grande conviction, au terme d'une séance marquée par l'aversion au risque avant une rencontre au sommet en fin de semaine entre les présidents américain et chinois et le premier tour de l'élection présidentielle française dans moins de trois semaines. /Photo d'archives/Benoit Tessier

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont terminé en légère hausse mardi, mais sans grande conviction, au terme d'une séance marquée par l'aversion au risque avant une rencontre au sommet en fin de semaine entre les présidents américain et chinois et le premier tour de l'élection présidentielle française dans moins de trois semaines.

À Paris, le CAC 40 a clôturé en hausse de 0,3% à 5.101,13 points. Le Footsie britannique a gagné 0,54% et le Dax allemand a pris 0,21%. L'indice EuroStoxx 50 a avancé de 0,16%, le FTSEurofirst 300 a gagné 0,19% et le Stoxx 600 s'est adjugé 0,15%.

A Wall Street, les indices américains évoluaient sur une note hésitante à la clôture des marchés européens, l'indice S&P 500 étant inchangé.

"Les opérateurs de marché gardent un oeil attentif sur les différents événements politiques à venir et ne devraient pas accroître leurs prises de risque avant ce qui pourrait être une réunion cruciale entre Donald Trump et Xi Jinping", indique Peter Cardillo, économiste chez First Standard Financial.

Le président américain et son homologue chinois doivent se rencontrer pour la première fois jeudi et vendredi et Donald Trump a déjà prévenu que cette réunion s'annonçait "très difficile".

L'échéance prochaine de l'élection présidentielle en France nourrit aussi la prudence des investisseurs. Les onze prétendants à l'Elysée se retrouveront pour la première fois ce mardi soir à l'occasion d'un débat télévisé.

D'après un dernier sondage Opinionway-Orpi pour Les Echos et Radio classique, Marine Le Pen est en tête des intentions de vote (à 26%) pour le premier tour de la présidentielle, devant Emmanuel Macron (24%) et François Fillon (20%).

Les craintes autour du scrutin présidentiel français ont poussé l'écart de rendement, ou "spread", entre le Bund allemand à 10 ans et l'OAT de même échéance jusqu'à 70 points de base dans la matinée, son plus haut niveau depuis la fin février.

De façon plus générale, l'aversion au risque a favorisé des valeurs refuges comme le yen, l'or et les obligations. La devise japonaise a atteint un plus haut de quatre mois face à l'euro et le métal jaune gagne 0,2% à plus de 1.255 dollars l'once. Sur le marché obligataire, le rendement du Bund allemand à 10 ans a reculé jusqu'à 0,237%, au plus bas depuis le début mars.

En Bourse, les secteurs les plus défensifs se sont distingués: le compartiment de la santé a gagné 0,79%, celui des médias a pris 0,43% et le secteur immobilier a avancé de 0,47%.

Les ressources de base (+1,4%) et le secteur pétrolier (+0,94%) ont toutefois profité de la progression des matières premières. Le pétrole évolue en nette hausse, le Brent se traitant à près de 54 dollars le baril et le brut léger américain tout près des 51 dollars.

"Il semble qu'il y ait des espoirs concernant les prochains chiffres des stocks qui conforteraient les estimations du secrétaire général de l'Opep, Mohammed Barkindo, selon lesquelles le marché pétrolier s'équilibre progressivement et que nous verrons une baisse des stocks aux Etats-Unis", indique Michael Hewson, stratège marchés chez CMC markets.

Les chiffres des stocks hebdomadaires de l'American Petroleum Institute (API) seront publiés dans la soirée mardi, avant la publication, mercredi, des données de l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA).

Les secteurs automobile et bancaire ont pesé sur la tendance avec des replis respectifs de 0,71% et de 0,52%. A Paris, les trois plus fortes baisses du CAC sont Renault (-1,45%), Société Générale (-1,33%) et Peugeot (-0,97%).

A Oslo, le groupe de services pétroliers norvégien Seadrill a plongé de 37,8% après avoir dit envisager un possible dépôt de bilan dans le cadre d'une restructuration financière qui ramènera à pratiquement zéro la valeur de ses actions.

Son plongeon a pesé sur l'indice OBX, en repli de 0,87%.

Sur le marché des changes, le dollar poursuit sa progression face à un panier de devises de référence, porté par les chiffres du déficit commercial des Etats-Unis qui a diminué plus que prévu en février.

Les opérateurs de marché attendent la publication, mercredi, du compte rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale et celle, vendredi, du rapport mensuel sur l'emploi aux Etats-Unis.

Blandine Hénault, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below