27 mars 2017 / 11:08 / dans 9 mois

Les salaires à 7 chiffres plus rares dans les banques en Europe

LONDRES (Reuters) - Le nombre de salariés gagnant plus d‘un million d‘euros ou de livres dans les plus grandes banques européennes a fortement diminué l‘an dernier, une évolution qui illustre la perte d‘influence des banquiers du Vieux Continent par rapport à ceux de Wall Street depuis la crise financière de 2008.

Le nombre de salariés gagnant plus d'un million d'euros ou de livres dans les plus grandes banques européennes a fortement diminué l'an dernier. /Photo prise le 16 mars 2017/REUTERS/Kai Pfaffenbach

Les données provisoires fournies par quatre grandes banques européennes montrent que le nombre de collaborateurs “preneurs de risques” (“material risk-takers” ou MRT, en anglais) qui gagnent plus d‘un million a baissé de 32% en 2016.

Même si les taux d‘intérêt, l‘environnement économique les conditions de marché semblent s‘améliorer pour les banques, la tendance à la baisse des rémunérations des banquiers ne devrait pas s‘inverser à court terme en Europe car les banques doivent garder la maîtrise de leurs coûts et respecter un plafond qui limite les primes à deux fois les salaires fixes.

A l‘inverse, la hausse des bonus des banquiers de Wall Street pourrait atteindre 15% cette année, la première progression significative depuis 2009, estime le cabinet spécialisé dans les rémunérations Johnson Associates.

Les données sur les MRT en Europe pour 2016 sont biaisées par Deutsche Bank, la première banque allemande ayant subi une restructuration massive qui s‘est traduite par l‘annonce de 9.000 suppressions d‘emplois et le gel des bonus pour de nombreux employés.

Deutsche Bank, première grande banque d‘investissement en Europe, a également dit cette année qu‘elle cesserait de comparer sa grille de rémunération avec celle de Goldman Sachs et de Morgan Stanley parce que, selon elle, ces sociétés de Wall Street sont trop “centrées sur la banque d‘investissement”.

Les années qui ont suivi la crise financière, marquées par la suppression de dizaines de milliers d‘emplois dans le secteur, ont encore réduit le pouvoir de négociation des salariés.

“Les salariés bénéficiant des conditions de rémunération les plus élevées dans le monde bancaire sont en poste depuis 10 à 15 ans, ce qui les amène à privilégier leur emploi au détriment du salaire. C‘est la préservation des acquis”, commente Jason Kennedy, directeur général du cabinet de recrutement Kennedy Group.

UNE RÉMUNÉRATION RECORD ESTIMÉE À 10-11 MILLIONS D‘EUROS

Les effectifs des activités de “front office” - vente, trading et recherche - dans les 12 plus grandes banques d‘investissement en Europe et aux Etats-Unis ont reculé de 4% l‘an dernier à 53.200, portant à 20% leur réduction en cinq ans.

Selon Kennedy Group, le moral des banquiers est actuellement bas, en particulier en Europe, si bien qu‘ils renoncent à faire des efforts supplémentaires pour obtenir un important bonus, comme accepter de travailler pendant les week-ends. Les opportunités de promotion sont également plus réduites qu‘à l‘accoutumée, ce qui freine la hausse des salaires.

Selon une étude de Reuters, le nombre de collaborateurs MRT gagnant plus d‘un million d‘euros ou de livres dans quatre banques européennes - HSBC, Deutsche Bank, Standard Chartered et Barclays - est passé l‘an dernier de 1.740 à 1.183.

L‘ensemble des bonus versés par Deutsche Bank a chuté de près de 80% à 500 millions d‘euros, mais parallèlement la banque allemande a rétribué 1,1 milliard d‘euros à plus de 5.500 employés au titre de “primes de rétention”.

La rémunération individuelle la plus importante, évaluée à 10-11 millions d‘euros, a été attribuée à un haut dirigeant de la première banque d‘Europe HSBC, qui a requis l‘anonymat. En 2015, le vainqueur dans cette catégorie avait reçu une dotation de “seulement” 9-10 millions d‘euros.

Le nombre de collaborateurs MRT chez HSBC touchant entre un et deux millions d‘euros a baissé de 21% à 266.

Les banques françaises Société Générale et BNP Paribas devraient publier leurs données sur la rémunération des MRT d‘ici la fin mai.

Dans son rapport annuel 2016 publié vendredi, Credit Suisse indique que le nombre de MRT a augmenté de 12% à 939 contre 856 un an plus tôt, mais la banque helvétique ne précise pas les montants de rémunération.

La rémunération minimale pour les MRT - ou les effectifs dont les activités ont un impact significatif sur le profil de risque d‘une institution - est de 500.000 euros.

En 2015, le nombre de salariés bénéficiant d‘un tel salaire dans les banques de l‘ensemble de l‘Union européenne avait atteint 5.142 contre 3.865 en 2014, selon les données de l‘Autorité bancaire européenne (ABE). A Londres, 80% d‘entre eux touchaient plus d‘un million d‘euros.

Les données de l‘ABE pour 2016 sont attendues début 2018.

Claude Chendjou pour le service français, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below