21 mars 2017 / 12:51 / il y a 5 mois

Goldman va transférer du personnel de Londres avant le Brexit

Goldman Sachs va commencer à transférer des centaines de collaborateurs hors de Londres avant même la conclusion d'un accord sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. /Photo prise le 14 octobre 2016/Brendan McDermid

LONDRES (Reuters) - Goldman Sachs va commencer à transférer des centaines de collaborateurs hors de Londres avant même la conclusion d'un accord sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, a déclaré mardi son directeur général pour l'Europe.

"On va commencer à mettre en exécution nos plans de secours", a dit Richard Gnodde à la chaîne d'informations CNBC.

"Pour cette première période (...), on parle de quelques centaines de personnes tout au plus", a-t-il ajouté.

La Première ministre Theresa May a prévu d'activer le 29 mars l'article 50 du traité de Lisbonne, ce qui déclenchera un compte à rebours de deux ans pour trouver un accord sur le Brexit.

Goldman emploie environ 6.000 personnes en Grande-Bretagne, soit la grande majorité de son effectif européen, parmi lesquels de nombreux traders, cambistes et spécialistes de finance d'entreprise.

John Gnodde, qui est directeur général de Goldman Sachs International, le nom de la filiale européenne de Goldman, a expliqué à CNBC que la principale inconnue pour le moment était l'organisation de la période de transition, avec la conclusion ou non d'arrangements transitoires pendant la durée des négociations entre Londres et l'UE.

"On ne peut pas compter dessus alors il nous faut avoir nos plans de secours et c'est ce qu'on commence à exécuter", a-t-il dit.

Dans un premier temps, la banque de Wall Street commencera à recruter en Europe continentale et transférera des collaborateurs hors de Londres, tout en investissant dans ses infrastructures et technologies pour préparer la période post-transition, a poursuivi Richard Gnodde.

Il s'est refusé à dire quel pays européen pourrait profiter de ces changements mais il a rappelé que le groupe avait des licences bancaires en France et en Allemagne, et des bureaux dans plusieurs villes européennes.

"Au cours des 18 prochains mois, nous allons améliorer ces sites, agrandir un certain nombre d'entre eux, et parallèlement nous augmenterons les effectifs, les capacités et l'infrastructure", a-t-il déclaré.

"Le résultat final dépendra de l'issue des négociations et de ce que nous serons obligés de faire à cause de la tournure qu'elles auront prise", a-t-il ajouté. "Mais quel que soit le scénario, quelle qu'en soit l'issue, Londres restera pour nous un centre régional très important et un centre mondial tout aussi important."

Anjuli Davies, Véronique Tison pour le service français, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below