17 mars 2017 / 08:48 / dans 6 mois

Les Bourses européennes se replient mais les banques montent

Les principales Bourses européennes ont ouvert en baisse vendredi. À Paris, l'indice CAC 40 perd 0,18% à 5.004,23 points vers 08h30 GMT, au lendemain de sa première clôture au-dessus de 5.000 depuis août 2015. À Francfort, le Dax cède 0,46% tandis qu'à Londres, le FTSE est inchangé. /Photo prise le 14 décembre 2017/REUTERS/Benoit Tessier

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont ouvert en baisse vendredi, marquant le pas en dépit de la progression des valeurs financières, pour la dernière séance d‘une semaine au cours de laquelle les spéculations sur les politiques monétaires et l‘actualité électorale en Europe auront globalement bénéficié aux actions.

À Paris, l‘indice CAC 40 perd 0,18% à 5.004,23 points vers 08h30 GMT, au lendemain de sa première clôture au-dessus de 5.000 depuis août 2015. À Francfort, le Dax cède 0,46% tandis qu‘à Londres, le FTSE est inchangé. L‘indice EuroStoxx 50 de la zone euro recule de 0,25%, le FTSEurofirst 300 de 0,34% et le Stoxx 600 de 0,36% après le plus haut de 15 mois touché la veille.

Sur les quatre premières séances d‘une semaine animée principalement par la réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale et par les élections législatives aux Pays-Bas, le Stoxx 600 a progressé de 1,2% et le CAC de 0,4%.

Ce vendredi sera comparativement peu animé même si les investisseurs suivront le début de la réunion des ministres des Finances et banquiers centraux du G20 en Allemagne ainsi que la première rencontre entre la chancelière allemande Angela Merkel et le président américain Donald Trump à Washington.

A Tokyo, l‘indice Nikkei a fini la journée en recul de 0,35%, pénalisé entre autres par l‘impact de la hausse du yen face au dollar sur les valeurs exportatrices. Le marché japonais (qui sera fermé lundi, férié dans l‘archipel) affiche sur la semaine un recul de 0,42%.

L‘indice des valeurs asiatiques hors Japon gagne quant à lui 0,25%, portant à 3,45% sa progression sur la semaine, sa meilleure performance hebdomadaire depuis juillet dernier.

A Wall Street, la séance de jeudi s‘est terminée sur une note stable après des prises de bénéfice, le Dow Jones abandonnant 0,07% tandis le Nasdaq restait pratiquement inchangé. [.NFR]

Sur le marché des changes, l‘euro, à 1,0764 dollar, se stabilise après deux séances de forte hausse et devrait gagner environ 0,9% sur la semaine. Le dollar est quant à lui pratiquement inchangé face à un panier de référence.

L‘heure est à la stabilisation aussi pour le pétrole, autour de 51,60 dollars le baril pour le Brent et sous 48,75 dollars pour le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI).

C‘est en fait sur le marché des emprunts d‘Etat que ce début de journée est le plus animé, après les déclarations d‘Ewald Nowotny, l‘un des membres du Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE), selon lequel cette dernière pourrait relever son taux de dépôt (fixé pour l‘instant à -0,4%) avant de modifier son taux de refinancement.

Ces propos au journal allemand Handelsblatt ont porté le rendement des titres allemands à deux ans à leur plus haut niveau depuis près de cinq semaines à -0,69% et les rendements des titres à dix ans prenant trois à six points de base. Sur le marché monétaire, les contrats à terme montrent une hausse des anticipations de relèvement des taux en décembre.

Aux valeurs en Europe, l‘automobile affiche la plus forte baisse sectorielle (-1,35%), des analystes évoquant des craintes de ralentissement des ventes en Chine, le premier marché mondial du secteur. A Paris, Peugeot, lanterne rouge du CAC, cède 1,82% et Renault 0,87% tandis qu‘à Francfort, Volkswagen recule de 2%.

Autre baisse marquée, Airbus perd 1,21% après l‘annonce d‘une enquête préliminaire du Parquet national financier (PNF) français en lien avec celle du Serious Fraud Office (SFO) britannique sur des soupçons de corruption.

Le compartiment des ressources de base abandonne 0,67% avec le repli des cours des matières premières.

Du côté des “utilities”, Enel accuse une baisse de 1,6% en dépit de résultats annuels en hause et d‘un relèvement du dividende tandis qu‘E.ON gagne 1,74% après son augmentation de capital de 1,35 milliard d‘euros bouclée jeudi soir.

Les spéculations sur les taux de la BCE profitent aux banques: BNP Paribas (+0,87%), Société générale (+0,82%), Axa (+0,56%) et Deutsche Bank (+0,53%) figurent parmi les meilleures performances de l‘EuroStoxx 50.

Marc Angrand, édité par Blandine Hénault

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below