16 mars 2017 / 20:38 / dans 6 mois

Wall Street en léger repli avec les utilities et la pharma

La Bourse de New York a fini en légère baisse de 0,08% jeudi, l'indice Dow Jones cédant 16,30 points à 20.933,80. /Photo d'archives/REUTERS/Brendan McDermid

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a fini en petite baisse jeudi sous la pression des services aux collectivités et des valeurs de la santé, affectés les premiers par la hausse des rendements obligataires et les secondes par des prises de bénéfice.

L‘indice Dow Jones a cédé 15,55 points, soit 0,07%, à 20.934,55, après avoir oscillé entre des extrêmes de 21.000 et 20.893 points.

Le Standard & Poor‘s-500, plus large, a abandonné 3,88 points ou 0,16% à 2.381,38.

Le Nasdaq Composite a grappillé 0,71 point (0,01%) à 5.900,76, soutenu par un nouveau record d‘Apple et une envolée d‘Oracle après ses résultats.

Les traders ont réagi à l‘inverse de la veille au ton plus modéré que prévu de la Réserve fédérale mercredi après l‘annonce sans surprise d‘une hausse de ses taux d‘intérêt.

La Fed a coupé court aux conjectures sur une accélération du resserrement monétaire, conservant toujours son scénario de deux autres hausses de taux cette année.

Les taux obligataires, en forte baisse mercredi, se sont repris avec le rendement du taux à 10 ans qui est remonté à 2,53% contre 2,50% la veille.

Les valeurs financières ont elles aussi repris des couleurs mais celles des services aux collectivités (“utilities”), sensibles aux taux, ont décroché et leur indice a reculé de 1,1%, la plus forte baisse des indices sectoriels S&P.

Les valeurs de la santé (-0,9%) ont de leur côté subi des prises de bénéfice, d‘autant que le projet de budget 2018 dévoilé par l‘administration Trump leur est a priori défavorable.

Le gouvernement veut doubler les recettes de la Food and Drug Administration (FDA), l‘autorité sanitaire américaine, à plus de deux milliards de dollars, ce qui se traduira concrètement par des frais plus élevés pour les laboratoires obligés de passer par cette instance pour faire homologuer leurs produits.

Parallèlement le budget des instituts nationaux de recherche sera réduit de 20%, obligeant les groupes privés à investir davantage de leur côté.

“Il y aura beaucoup d‘obstacles à surmonter avant que ce soit voté”, tempère Jim Paulsen, responsable de la stratégie d‘investissements chez Wells Capital Management à Minneapolis.

“Mais en attendant le secteur a connu un sacré parcours en Bourse et c‘est donc le bon moment pour prendre son bénéfice.”

Biogen (-4,67%), affaibli également par des abaissements de recommandation de deux analystes, a apporté la plus forte contribution à la baisse du S&P-500. Au sein du Dow Jones, Merck & Co a reculé de 0,80% et Pfizer de 0,58%.

CANADA GOOSE S‘ENVOLE DE 25% POUR SES DÉBUTS

Seuls quatre des 11 indices sectoriels S&P ont fini dans le vert, avec en tête les financières (+0,3%) et les technologiques (+0,2%).

Les technologiques ont bénéficié d‘un nouveau record d‘Apple, à 141,02 dollars (+0,16%), et d‘un bond de 6,23% d‘Oracle après la publication par l‘éditeur de logiciels de résultats trimestriels meilleurs qu‘attendu.

Dans le même secteur, Tesla a gagné 2,47% après avoir annoncé son intention de lever environ 1,15 milliard de dollars pour accélérer le lancement de sa berline Model 3.

Aux valeurs moyennes, GoPro a bondi de 15,78% à 8,51 dollars. Le fabricant de caméras d‘action a annoncé de nouvelles mesures de restructuration pour renouer avec la rentabilité cette année et a ajouté que son chiffre d‘affaires du premier trimestre devrait se situer dans le haut de sa fourchette de prévisions initiale.

A la baisse, Snap, le propriétaire de la messagerie Snapchat, a cédé 4,24% à 19,89 dollars, son septième recul en 10 séances de cotation depuis ses débuts en fanfare au début du mois. Un sixième analyste, de MoffettNathanson, a entamé son suivi du titre avec un conseil de vente. Trois autres ont une opinion neutre et aucun n‘a émis de recommandation d‘achat.

La séance a aussi été marquée par l‘introduction en Bourse du fabricant canadien de doudounes de luxe Canada Goose Holdings, dont le titre coté à New York a fini en hausse de 25,82%, à 16,08 dollars, après avoir pris jusqu‘à 40% dans les premiers échanges.

Quelque 6,60 milliards de titres ont changé de mains, contre 6,23 milliards la veille et une moyenne de 6,96 milliards sur les 20 dernières séances.

Le dollar a continué de pâtir des annonces de la Fed, reculant à un plus bas de cinq semaines face à un panier de grandes devises. L‘euro, également soutenu par la victoire du parti pro-européen du Premier ministre Mark Rutte aux élections législatives néerlandaises, gagnait 0,3% à 1,0766 en fin de séance américaine.

James Chen, responsable de la recherche chez Forex.com à Bedminster dans le New Jersey, ne croit pas pour autant à une tendance durablement baissière pour le billet vert. “La Fed n‘a fait que répéter ses projections de décembre (pour les taux) mais elles peuvent très bien évoluer à tout moment en fonction de la politique budgétaire et des pressions inflationnistes”, dit-il.

La faiblesse du dollar a encore profité à l‘or, en hausse de 0,6%, mais non aux cours du pétrole qui ont fini en légère baisse sur le Nymex après leur hausse de 2,4% la veille.

avec Yashaswini Swamynathan à Bangalore, Véronique Tison pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below