14 mars 2017 / 20:35 / il y a 5 mois

Wall Street alourdie par l'énergie en attendant la Fed

La Bourse de New York a fini en baisse mardi, affectée par le repli des cours du brut à leurs plus bas niveaux depuis trois mois, dans un marché par ailleurs dominé par la prudence à la veille des annonces de la Réserve fédérale américaine (Fed). L'indice Dow Jones a perdu 44,11 points, soit 0,21% à 20.837,37. /Photo prise le 27 février 2017/Andrew Kelly

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a fini en baisse mardi, affectée par le repli des cours du brut à leurs plus bas niveaux depuis trois mois, dans un marché par ailleurs dominé par la prudence à la veille des annonces de la Réserve fédérale américaine (Fed).

L'indice Dow Jones a perdu 44,11 points, soit 0,21% à 20.837,37 points. Le S&P-500, plus large, a perdu 8,02 points, soit 0,34%, à 2.365,45. Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 18,97 points (-0,32%) à 5.856,82 points.

Le comité de politique monétaire de la Fed, qui a entamé mardi une réunion de deux jours, devrait décider mercredi d'un nouveau relèvement d'un quart de point de l'objectif de taux des "fed funds".

Si ce relèvement est largement attendu, le calendrier du resserrement monétaire de la Fed en 2017 reste incertain et les opérateurs de marché guetteront toute indication à ce sujet lors de la conférence de presse de sa présidente, Janet Yellen.

La chute des cours du brut après la publication du rapport mensuel de l'Opep a par ailleurs pénalisé les valeurs pétrolières. Selon ce rapport, les stocks mondiaux de pétrole ont continué d'augmenter au mois de janvier malgré l'entrée en vigueur en début d'année d'un accord de réduction de la production visant à soutenir les prix du baril.

Le brut léger américain a touché un point bas de 47,09 dollars le baril dans la journée, puis s'est repris après la clôture. Mais il reste à ses plus bas depuis le 30 novembre, date de l'accord de l'Opep, après sept jours de repli d'affilée.

L'indice S&P des valeurs de l'énergie (-1,10%) a accusé la plus forte baisse sectorielle du jour. Marathon Oil a perdu 3,28% et au sein de l'indice Dow Jones, Chevron a reculé de 1,82% et ExxonMobil de 0,53%.

LE DOLLAR S'APPRÉCIE

Les compagnies aériennes ont également pesé sur la tendance, un blizzard dans le nord-est des Etats-Unis ayant entraîné l'annulation de milliers de vols à travers le pays. L'indice sectoriel a perdu 2,9% et United Continental Holdings a cédé 4,72%, deuxième plus forte baisse du S&P.

De même, les hôpitaux et des compagnies d'assurance médicale ont été délaissées après un rapport non-partisan annonçant que quatorze millions d'Américains allaient perdre leur couverture santé dès l'année prochaine si les républicains honorent leur promesse de démantèlement de "l'Obamacare".

Aux valeurs individuelles, Wal-Mart a gagné 1,1%, en tête des hausses du Dow, en réaction à des commentaires positifs de Bank of America Merrill Lynch.

MoneyGram International s'est envolé de 24,57%. Euronet Worldwide a lancé une offre de rachat du spécialiste de transfert de fonds qui le valorise à plus d'un milliard de dollars (940 millions d'euros).

Lantheus Holdings en revanche a décroché de 12,28%, certains actionnaires ayant cédé trois millions d'actions.

Le laboratoire canadien Valeant Pharmaceuticals cotée à Wall Street a chuté de 10,1% en réaction à l'annonce par Pershing Square, le fonds spéculatif du milliardaire William Ackman, de la vente de toute sa participation.

Snap, propriétaire de la messagerie Snapchat, a perdu 2,42%, le cabinet eMarketer ayant revu en baisse sa prévision de revenus publicitaires pour 2017 de 30 millions de dollars (28 millions d'euros).

Quelque 6,23 milliards de titres ont changé de mains, un volume en légère baisse par rapport aux 6,93 milliards d'actions échangées en moyenne au cours des 20 dernières séances.

Sur le marché des changes, le dollar s'apprécie de 0,43% face à un panier de devises de référence, soutenu par la perspective d'une hausse de taux de la Fed et l'inquiétude sur le résultat des élections législatives aux Pays-Bas mercredi.

Les rendements de obligations à long terme du Trésor américain ont baissé, le repli des cours du pétrole étant vu comme un facteur de ralentissement de l'inflation. Mais la baisse a été freinée par l'attente des décisions de la Fed.

Avec Lewis Krauskopf, Juliette Rouillon pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below