9 mars 2017 / 08:57 / il y a 8 mois

Merck KGaA anticipe un Ebitda stable en 2017, le titre baisse

FRANCFORT (Reuters) - Merck KGaA a estimé jeudi que son bénéfice brut stagnerait cette année, le laboratoire et équipementier médical allemand augmentant ses investissements dans un traitement d‘oncologie pour relancer son pôle pharmaceutique.

Merck KGaA a estimé jeudi que son bénéfice brut stagnerait cette année, le laboratoire et équipementier médical allemand augmentant ses investissements dans un traitement d'oncologie pour relancer son pôle pharmaceutique. /Photo d'archives/REUTERS/Ralph Orlowski

Après avoir plongé de plus de 4% dans les tout premiers échanges, l‘action Merck cédait encore vers 11h40 GMT 2,23% à 100,80 euros à la Bourse de Francfort, dont l‘indice Dax 30 reculait de 0,24% dans le même temps. L‘indice regroupant les valeurs pharmaceutiques européennes perdait de son côté 0,20%.

Dans une note DZ Bank estime que le groupe s‘est montré prudent concernant ses premières indications pour 2017.

Après des années de déconvenues dans la pharmacie, Merck KGaA peut prétendre à une place dans le segment des traitements du cancer par immunothérapie après s‘être associé à l‘américain Pfizer pour le traitement expérimental avelumab.

Ce dernier s‘est vu accorder un statut d‘examen prioritaire par la Food and Drug Administration (FDA) américaine pour le traitement d‘une forme rare et virulente du cancer de la peau et le traitement du cancer de la vessie. Le médicament est susceptible d‘être commercialisé pour ces deux indications dès cette année.

Merck et Pfizer procèdent également à la phase ultime de tests cliniques du traitement sur des tumeurs affectant les poumons, les ovaires et les reins entre autres organes.

L‘avelumab fait partie d‘une nouvelle génération de traitements qui empêchent certaines tumeurs de tromper la vigilance du système immunitaire, à l‘exemple du Keytruda de Merck & Co et du Tecentriq de Roche, et l‘avenir du pôle pharmaceutique relativement peu développé de Merck KGaA paraît dépendre du succès de ce médicament.

VOLONTÉ DE CÉDER LES BIOSIMILAIRES

L‘excédent brut d‘exploitation (EBE, Ebitda) ajusté “devrait rester à peu près stable comparé à 2016; cela implique une légère fluctuation en pourcentage négative ou positive autour du solde de l‘année précédente”, a déclaré Merck KGaA. L‘Ebitda était de 4,5 milliards d‘euros en 2016.

Le groupe allemand prévoit en outre une croissance organique en hausse légère ou très légère.

Au quatrième trimestre, l‘Ebitda ajusté est ressorti en hausse de 15% à 1,08 milliard d‘euros, conforme au consensus Reuters, stimulé par l‘achat de l‘équipementier Sigma-Aldrich.

Lors d‘une conférence de presse, Stefan Oschmann, président du directoire de Merck, a déclaré que le groupe cherchait un acquéreur pour sa division biosimilaires, confirmant ainsi une information Reuters datant d‘octobre.

Egalement interrogé sur le sort de la division médicaments sans ordonnance, il a dit que cette dernière se développait bien tout en soulignant que chaque division du groupe devait faire ses preuves.

Avec des ventes de 890 millions d‘euros en 2016, cette division est considérée par les spécialistes comme étant trop petite pour pouvoir concurrencer les grands acteurs d‘un secteur qui est en outre en phase de consolidation.

Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Benoit Van Overstraeten

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below