7 mars 2017 / 17:48 / il y a 5 mois

Nouvelle plainte de l'OIP contre Google auprès de l'UE

Open Internet Project, structure qui comprend entre autres l'éditeur Axel Springer et Getty Images, a accusé mardi Google, la filiale d'Alphabet, d'imposer aux fabricants de smartphones Android des contraintes jugées anti-concurrentielles. /Photo d'archives/Thomas Peter

BRUXELLES (Reuters) - Open Internet Project (OIP), structure qui comprend entre autres l'éditeur Axel Springer et Getty Images, a accusé mardi Google, la filiale d'Alphabet, d'imposer aux fabricants de smartphones Android des contraintes jugées anti-concurrentielles.

Il s'agit de la deuxième plainte du groupement des éditeurs contre le géant américain de la technologie. L'OIP avait déjà déposé une plainte auprès de la Commission européenne (CE) concernant le comparateur de prix de Google.

"Google, une fois de plus, en violation du droit de la concurrence européen, a abusé de sa position dominante en imposant des restrictions aux fabricants d'appareils et opérateurs de réseaux mobiles Android, afin de préserver et renforcer sa position dominante dans les moteurs de recherche sur internet", déclare l'OIP dans un communiqué.

Le porte-parole de la Commission, Ricardo Cardoso, a dit que le régulateur examinerait la plainte. Google de son côté estime qu'Android stimule la concurrence au lieu de la réduire.

Le premier moteur de recherche sur internet est la cible de l'UE depuis avril 2016, l'exécutif européen l'accusant notamment de profiter de son système d'exploitation mobile Android, en position de quasi monopole, pour évincer ses concurrents.

L'exécutif européen reproche par exemple au groupe américain d'imposer aux fabricants de smartphones de pré-installer Google Search et le navigateur Google Chrome pour accéder à d'autres applications Google.

L'enjeu de cette bataille juridique est considérable pour Google, qui génère des milliards de dollars de ventes publicitaires sur les téléphones Android grâce à ses applications telles que Google Maps, Google Search et Gmail.

Si le géant américain était reconnu coupable d'infraction au droit européen, il risquerait une amende pouvant représenter jusqu'à 10% de son chiffre d'affaires mondial et il serait contraint de mettre fin à ces pratiques jugées anti-concurrentielles.

Claude Chendjou pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below