2 mars 2017 / 07:23 / dans 7 mois

LafargeHolcim compte sur les USA après un 4e trimestre meilleur que prévu

LafargeHolcim profitera des dépenses d'infrastructures massives annoncées aux Etats-Unis, y compris du projet de mur à la frontière avec le Mexique, a déclaré jeudi le premier cimentier mondial, à l'occasion de la publication de résultats du quatrième trimestre meilleurs que prévu. /Photo prise le 14 décembre 2016/REUTERS/Benoit Tessier

ZURICH (Reuters) - LafargeHolcim profitera des dépenses d‘infrastructures massives annoncées aux Etats-Unis, y compris du projet de mur à la frontière avec le Mexique, a déclaré jeudi le premier cimentier mondial, à l‘occasion de la publication de résultats du quatrième trimestre meilleurs que prévu.

Son président du directoire, Eric Olsen, a dit que les Etats-Unis étaient en passe de devenir le plus important marché du groupe suisse, issu de la fusion entre le français Lafarge et le suisse Holcim, après l‘annonce par le président américain Donald Trump d‘un projet de 1.000 milliards de dollars (950 milliards d‘euros) de dépenses d‘infrastructures.

“Nous sommes bien placés pour répondre aux besoins d‘infrastructure des Etats-Unis”, a-t-il déclaré à Reuters à la suite de la publication des résultats de la société.

“C‘est un des marchés où nous voyons les plus hauts potentiels de croissance des deux années à venir.”

Il a précisé que les Etats-Unis étaient nettement en dessous de leur potentiel de demande de ciment, qui devrait donc repartir, “et cela sans tenir compte de l‘engagement à investir mille milliards de dollars dans des projets d‘infrastructure”.

La société a une capacité de production disponible de six millions de tonnes de ciments pour tirer partie de la reprise, y compris une nouvelle cimenterie dans l‘Etat de New York qui doit ouvrir dans les prochaines semaines, a souligné Olsen.

Outre les routes, les ponts et les aéroports, le groupe serait également intéressé à participer à la construction d‘un mur à la frontière mexicaine, a dit le patron de LafargeHolcim.

“Nous participerons à tous les grands projets d‘infrastructure aux Etats-Unis”, a-t-il affirmé. “Le projet de mur (...) est un projet d‘infrastructure auquel nous participerions.”

T4 SUPÉRIEUR AUX ATTENTES

Pour les trois derniers mois de 2016, LafargeHolcim a réalisé un bénéfice opérationnel meilleur que prévu sur une base comparable, ce qui lui a permis d‘atteindre ses objectifs 2016.

Le cimentier a publié un bénéfice d‘exploitation ajusté avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissement (Ebitda) de 1,611 milliard de francs suisses (1,514 milliard d‘euros), au-dessus du consensus Reuters de 1,52 milliard de francs.

Cette bonne performance a permis au groupe d‘atteindre son objectif d‘une croissance “au moins” supérieure à 5% de son Ebitda ajusté 2016 sur une base comparable.

Son chiffre d‘affaires du quatrième trimestre s‘est élevé à 6,526 milliards de francs suisses, alors que le consensus établi par Reuters était à 6,92 de milliards de francs.

Pour 2017, LafargeHolcim s‘attend à une croissance supérieure à 10% de son Ebitda ajusté sur une base comparable, soutenue par la reprise de marchés clés comme les Etats-Unis, le Nigeria et l‘Inde.

Ces bonnes surprises au niveau des résultats et ces perspectives encourageantes ont dopé l‘action, qui prend 2,86% à 56,46 euros à Paris vers 11h35 GMT, deuxième hausse de l‘indice CAC 40, et 3,36% à 60,05 francs suisses à Zurich.

Le groupe propose en outre un dividende 2016 de 2,0 francs suisses par action, en hausse par rapport à 1,50 franc pour 2015.

LafargeHolcim a annoncé dans le même temps qu‘une enquête interne avait révélé que sa cimenterie en Syrie avait contribué au financement de groupes armés dans le pays.

L‘ancienne cimenterie de Lafarge avait conclu des arrangements avec certains groupes armés et des parties visées par des sanctions en 2013 jusqu‘à ce que l‘usine soit évacuée en septembre 2014, a précisé le premier cimentier mondial.

“Il apparaît après enquête que notre usine locale a fourni des fonds à des tierces parties dans le cadre d‘arrangements avec un certain nombre de ces groupes armés, dont des organisations interdites, afin de pouvoir continuer à fonctionner et d‘assurer la sécurité du passage des employés et des fournitures de et vers l‘usine”, a déclaré dans un communiqué la société.

L‘enquête n‘a pas permis d‘établir avec certitude les destinataires finaux de ces fonds, a-t-elle dit, ajoutant: “Avec du recul, les conditions exigées pour assurer la continuation du fonctionnement de l‘usine étaient inacceptables.”

En novembre dernier, l‘ONG française Sherpa a déposé une plainte avec constitution civile sur les conditions d‘activité de sa cimenterie de Jalabiya, en Syrie.

Elle soupçonne le cimentier d‘avoir pu contribuer au financement du terrorisme en entretenant des relations commerciales avec le groupe Etat islamique.

Lafarge est par ailleurs visé par une enquête préliminaire du parquet de Paris depuis octobre dernier, après dénonciation de Bercy, sur une potentielle infraction au code des douanes du groupe en Syrie.

Les procureurs chargés de cette enquête, dans le cadre de laquelle le groupe n‘a pas été entendu, “regardent” les déclarations de Lafarge, a indiqué à Reuters une source judiciaire. Rien n‘empêche en théorie le parquet de Paris d‘élargir son enquête au vu de ces déclarations, même si rien n‘a été fait à ce stade.

avec Chine Labbé à Paris, Catherine Mallebay-Vacqueur et Juliette Rouillon pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below