23 février 2017 / 07:28 / dans 7 mois

Veolia reporte ou abandonne certains objectifs, le titre chute

Veolia a publié jeudi des résultats globalement en hausse au titre de 2016, tirés par son plan d'économies, mais a souligné les incertitudes qui pèsent sur son environnement et reporté d'un an l'objectif d'Ebitda qu'il s'était fixé pour la fin de son plan 2016-2018. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

PARIS (Reuters) - Veolia a publié jeudi des résultats annuels en hausse mais a souligné les incertitudes qui pèsent sur son environnement et reporté ou abandonné certains de ses objectifs, ce qui fait lourdement chuter son titre en Bourse.

Le numéro un mondial du traitement de l‘eau et des déchets a indiqué qu‘il visait désormais un Ebitda de 3,3 à 3,5 milliards d‘euros en 2019, contre 3,5 milliards annoncés pour 2018 auparavant (à changes constants).

Il a en outre fait savoir que son dividende continuerait d‘évoluer en fonction de son résultat net courant (après +9,6% à 0,80 euro par action au titre de 2016), alors qu‘il visait précédemment une hausse de l‘ordre de 10% par an sur 2016-2018.

Veolia n‘a non plus formellement confirmé sa prévision de croissance de chiffre d‘affaires de 2% à 3% par an en moyenne sur la même période, mais il a en revanche relevé son objectif d‘économies à un niveau de 800 millions (contre plus de 600 millions prévus).

A 11h41, son titre chutait de 6,53% à 15,11 euros, accusant la troisième plus forte du SBF120 (+0,15%).

“Les ‘guidances’ fournies par le groupe paraissent un peu timides”, a estimé Pierre Antoine Chazal, analyste chez Bryan, Garnier & Co, évoquant une prévision d‘Ebitda “flat sur 2017 là où le marché attendait une croissance plus vigoureuse”.

“L‘abandon des objectifs 2018 était plus ou moins déjà acté. En revanche, l‘abandon des 10% de croissance du dividende par action par an était moins attendu et [constitue] un signal négatif envoyé au marché”, a-t-il ajouté.

Veolia estime que 2017 sera une “année de transition”, avec un redémarrage de la croissance de son chiffre d‘affaires, une “stabilité ou une croissance modérée” de son Ebitda et des économies portées à plus de 250 millions d‘euros, après 245 millions en 2016 et plus de 300 millions prévus pour 2018.

L‘ENQUÊTE SUR L‘ACTIVITÉ EAU FRANCE “RASSURE” VEOLIA

Pour 2018, il table également sur une poursuite de la croissance de son chiffre d‘affaires et sur une reprise de croissance “plus soutenue” de son Ebitda.

Antoine Frérot a déclaré lors d‘une conférence téléphonique avec la presse que Veolia ferait face à des “vents contraires” cette année, parmi lesquels une faible inflation en Europe (sur laquelle ses coûts sont indexés) et quelques “tentations de remunicipalisation” de contrats, comme en Lituanie.

Interrogé sur l‘éventuelle résurgence d‘un scénario de rapprochement avec son rival français Suez, il a déclaré que les conditions n‘étaient pas réunies et qu‘il n‘y avait donc pas de projet en ce sens.

Antoine Frérot a également indiqué que Veolia renforcerait ses moyens commerciaux, ce qui pèsera à hauteur de 40 millions d‘euros sur son Ebitda de 2017 mais doit lui permettre d‘accélérer sa croissance.

Veolia a enregistré au titre de 2016 un résultat net courant part du groupe de 610 millions d‘euros (+5,1%), un Ebitda de 3.056 millions (+2,0%) et un chiffre d‘affaires de 24.390 millions (-2,3% en données publiées, -0,4% à change constant).

Son résultat net part du groupe a dans le même temps reculé de 15,1% à 382 millions d‘euros, pénalisé par des charges de restructuration à hauteur de 163 millions d‘euros, des provisions et dépréciations d‘actifs non courants.

Selon un consensus réalisé par Reuters, les analystes attendaient en moyenne un résultat net part du groupe de 568 millions d‘euros, un Ebitda de 3.056 millions et un chiffre d‘affaires de 24.610 millions.

Antoine Frérot a en outre indiqué que l‘enquête sur l‘activité Eau France de Veolia - lancée après des soupçons de conflits d‘intérêt de certains dirigeants - était terminée et que le résultat de ce travail qui “rassure” le groupe serait rendu public dans les prochaines semaines.

Veolia a par ailleurs étudié un rachat des actifs de GE Water & Process Technologies, filiale de General Electric spécialisée dans le traitement de l‘eau pour les industriels que convoite Suez, mais ne les a pas jugés intéressants.

Avec Blandine Hénault, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below