15 février 2017 / 08:03 / dans 7 mois

Akzo Nobel freiné au 4e trimestre par les secteurs naval et de l'énergie

Akzo Nobel a annoncé mercredi un bénéfice opérationnel en baisse de 12% au titre du quatrième trimestre, l'effet de change négatif ayant contrebalancé une croissance des ventes en volume de ses divisions de peintures décoratives et de chimie de spécialités. /Photo d'archives/REUTERS/Jerry Lampen

(Reuters) - Akzo Nobel a annoncé mercredi un bénéfice opérationnel trimestriel inférieur aux attentes du marché, plombé par ses activités dans les secteurs naval et de l‘énergie, ainsi que par des coûts de restructuration et des effets de change négatifs.

Ces points faibles ont contrebalancé au quatrième trimestre une croissance des ventes en volume des divisions de peintures décoratives et de chimie de spécialités du groupe néerlandais.

L‘action recule de 2,95% à 62,55 euros vers 11h05 GMT, alors que l‘indice sectoriel de la chimie est stable.

Le spécialiste des peintures et revêtements a fait état d‘un bénéfice avant intérêts, impôts et incidents exceptionnels (Ebit) de 235 millions d‘euros, contre 268 millions un an plus tôt, pour un chiffre d‘affaires de 3,46 milliards.

Les analystes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un résultat opérationnel hors éléments exceptionnels de 252 millions d‘euros et un chiffre d‘affaires de 3,50 milliards.

Le bénéfice net, part du groupe, a reculé à 133 millions d‘euros, contre 203 millions au quatrième trimestre 2015, ce qui n‘a pas empêché le groupe de proposer un dividende majoré de 6,5% au titre de 2016, à 1,65 euro contre 1,55 en 2015.

Akzo Nobel a par ailleurs confirmé ses objectifs financiers sur la période 2026-2018 et s‘attend à une amélioration de ses activités en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique, avec une stabilisation prévue en Amérique latine cette année.

Le directeur général, Ton Buechner, a dit que des mesures étaient prises pour redresser les secteurs en difficulté.

“Au début de l‘année nous avons annoncé à tout le monde que l‘activité navale et dans le pétrole et le gaz était en baisse. (...) Nous agissons sur ces deux segments, ce qui veut dire que nous fermons des usines, nous adaptons nos capacités à ces segments”, a-t-il déclaré lors d‘une conférence de presse.

Camille Raynaud et Alan Charlish, Véronique Tison et Juliette Rouillon pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below