14 février 2017 / 09:09 / dans 7 mois

COR-Rolls-Royce chute en Bourse après une perte 2016 record

Le directeur général de Rolls-Royce Warren East. La société a fait état mardi d'une perte annuelle record de 4,6 milliards de livres (5,4 milliards d'euros) au titre de 2016, sous le coup à la fois d'une charge liée à une amende totale de 671 millions payée pour solder une affaire de corruption et de la chute de la livre depuis le vote en faveur du "Brexit". /Photo d'archives/REUTERS/Toby Melville

LONDRES (Reuters) - Changement de photo

Rolls-Royce a fait état mardi d‘une perte annuelle record de 4,6 milliards de livres (5,4 milliards d‘euros) au titre de 2016, sous le coup à la fois d‘une charge liée à une amende totale de 671 millions payée pour solder une affaire de corruption et de la chute de la livre depuis le vote en faveur du “Brexit”.

Cette perte record est le point d‘orgue de plusieurs années difficiles pour le motoriste britannique, notamment caractérisées par une série d‘avertissements sur résultats, une première baisse du dividende en 24 ans et un changement de direction.

Après une baisse de 49% de son bénéfice courant 2016, qui exclut notamment les ajustements des positions en matière de couverture des changes, à 813 millions de livres, Rolls-Royce a déclaré qu‘il devait encore davantage réduire ses coûts.

Le directeur général Warren East, nommé en 2015 pour entamer le travail de restructuration du groupe, a déclaré que le portefeuille d‘activités était “globalement correct”, tout en ajoutant qu‘il devait encore passer en revue 20% des opérations et que de nouvelles décisions interviendraient dans les mois à venir.

“Même si nous avons fait des progrès sensibles dans la réduction de nos coûts et dans nos programmes d‘efficacité, il faut en faire davantage pour être sûr d‘aboutir à une amélioration durable des marges de nos activités”, a-t-il ajouté.

Rolls-Royce, qui fabrique des moteurs pour avions, navires et sous-marins, a dit s‘attendre à des “modestes améliorations de ses performances” cette année et veut dégager en 2017 le même niveau de trésorerie qu‘en 2016.

Le groupe a cette fois laissé le niveau de son dividende inchangé, une décision qui, ajoute-t-il, lui laisse une certaine marge de manoeuvre en termes de gestion de bilan.

RECUL DE L‘ACTIVITÉ DES SERVICES POUR MOTEURS D‘AVIONS

Vers 10h25 GMT, le titre Rolls-Royce plongeait de 4,9% à 704,0 pence à Londres, accusant la plus forte baisse de l‘indice paneuropéen Stoxx 600.

Selon les courtiers, ce recul s‘explique par les inquiétudes des investisseurs concernant le bilan du groupe ainsi que ses perspectives.

Mais ils évoquent également un mouvement de prises de bénéfices, la valeur surperformant le FTSE 100 depuis le début de l‘année, avec, malgré le recul du jour, un gain de plus de 6% sur la période contre +2% pour l‘indice vedette de la Bourse de Londres.

Andy Chambers, analyste chez Edison Investment Research, ajoute que la décision de Rolls-Royce de laisser le dividende inchangé “peut être vue comme une mesure quelque peu conservatrice après les souffrances éprouvées par les actionnaires au cours de ces dernières années.”

La chute de la livre par rapport au dollar s‘est traduite par une charge de 4,4 milliards de livres passée dans les comptes de couverture du groupe, qui ont atteint 38 milliards de dollars.

La plupart des contrats dans le secteur aéronautique sont conclus en dollars, ce qui oblige Rolls-Royce à couvrir ses revenus futurs.

Le groupe a annoncé il y a un près d‘un mois avoir accepté de s‘acquitter d‘une série d‘amendes infligées par les autorités britanniques, américaines et brésiliennes pour solder une affaire de corruption impliquant des intermédiaires.

Le chiffre d‘affaires a reculé de 2% à 13,78 milliards de livres.

Dans sa division marine, toujours en difficulté, le groupe a passé une charge de dépréciation de 200 millions de livres pour prendre en compte des perspectives mitigées, la demande restant faible.

Rolls-Royce pâtit également d‘un ralentissement de la demande de services liés à ses moteurs d‘avions, qui dégagent des marges élevées. Cette évolution s‘explique notamment par une moindre utilisation d‘appareils plus anciens.

Benoît Van Overstraeten pour le service français, édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below