7 février 2017 / 12:17 / dans 10 mois

Les Bourses européennes en hausse à la mi-séance

(Reuters) - Les principales Bourses européennes se sont retournées à la hausse à la mi-séance mardi mais restent freinées par les valeurs pétrolières et bancaires après la publication de résultats de BP et BNP Paribas jugés décevants.

Les principales Bourses européennes se sont retournées à la hausse à la mi-séance mardi mais restent freinées par les valeurs pétrolières et bancaires après la publication de résultats de BP et BNP Paribas jugés décevants. À Paris, le CAC 40 avance de 0,20% (9,74 points) à 4.787,82 points vers 11h40 GMT. À Francfort, le Dax progresse de 0,61% et, à Londres, le FTSE gagne 0,66%. /Photo d'archives/REUTERS/Ralph Orlowski

À Paris, le CAC 40 avance de 0,20% (9,74 points) à 4.787,82 points vers 11h40 GMT. À Francfort, le Dax progresse de 0,61% et, à Londres, le FTSE gagne 0,66%.

L‘indice paneuropéen FTSEurofirst 300 prend 0,45%, l‘EuroStoxx 50 de la zone euro 0,38% et le Stoxx 600 0,46%.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street peu changée.

Sur le front macroéconomique, le ministère allemand de l‘Economie a annoncé un recul inattendu de 3% de la production industrielle de la première économie de la zone euro, sa plus forte baisse depuis janvier 2009.

Sur le plan sectoriel, les valeurs pétrolières et financières affichent les deux seuls reculs du Stoxx 600, avec des replis respectifs de 0,60% et 0,23%.

BP, plus forte baisse du Footsie à Londres, lâche 2,30%. La compagnie pétrolière britannique a annoncé des résultats inférieurs aux attentes pour le quatrième trimestre et en baisse sur l‘ensemble de l‘exercice pour la deuxième année consécutive.

Le raffineur finlandais Neste dégringole de 8,25%, affichant le repli le plus important du Stoxx 600.

Le groupe norvégien Statoil, qui a fait état de résultats trimestriels nettement inférieurs aux attentes, recule de 1,73%.

BNP Paribas chute de 3,45%, en queue de peloton du CAC 40 et de l‘EuroStoxx 50. Les investisseurs ont réservé un accueil glacial aux résultats annuels de la banque et à son plan stratégique 2020, qui promet une hausse annuelle moyenne de 9% du dividende et de 6,5% des profits, grâce à de nouvelles économies et à la digitalisation de ses métiers.

Derrière elle, Société générale perd 2% et Crédit agricole 1,63%.

Meilleure performance du CAC 40, Klépierre, qui a fait état de résultats supérieurs à ses attentes en 2016 grâce à la hausse des loyers, gagne 2,71%.

En deuxième position, Nokia grimpe de 2,59%. L‘équipementier télécoms bénéficie d‘un relèvement de recommandation de Morgan Stanley qui est passé de “pondération en ligne” à “surpondérer”.

Sur le marché suisse, Austria Mikro Systeme s‘adjuge plus de 23%, sa meilleure séance en près de 13 ans, après l‘annonce de résultats trimestriels qui ont rassuré les analystes. Le fabricant de puces et de capteurs tient la tête du Stoxx 600.

Sur le marché des changes, le dollar a bondi contre le yuan offshore après l‘annonce de la baisse des réserves de change chinoises sous le seuil des 3.000 milliards de dollars au mois de janvier pour la première fois en près de six ans.

Dans la foulée, le billet vert s‘approche de son plus haut d‘un mois face à un panier de devises de référence, son indice revenant à 100,6500.

L‘euro poursuit son recul face au dollar, plombé par les incertitudes politiques en Europe. La monnaie unique a touché son plus faible niveau depuis le 15 décembre dernier à 1,0663 dollar.

Sur le marché obligataire, l‘écart de rendement entre la dette française et allemande a atteint 78 points de base, son plus haut niveau depuis novembre 2012, sur fond d‘inquiétudes liées à l‘élection présidentielle. Les analystes de JPMorgan ont estimé la semaine dernière qu‘une victoire de Marine Le Pen pourrait le porter à 200 points de base.

Sur le marché pétrolier, face à la remontée du dollar, les cours repartent à la baisse. Le baril de Brent perd 0,13% à 55,65 dollars et le brut léger américain recule de 0,19% à 52,91 dollars. Le marché oscille toujours entre les signes de réduction de la production dans le cadre de l‘accord entre l‘Opep et des pays non-Opep et la tendance à l‘augmentation des stocks de brut aux Etats-Unis.

Avec Vikram Subhedar, Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below