31 janvier 2017 / 12:10 / dans 8 mois

Les places européennes passent au vert à la mi-séance

Les Bourses européennes évoluent dans le vert mardi à mi-séance, soutenues par le rebond des valeurs de la finance et des banques mais Wall Street est attendue sans grand changement au lendemain d'un repli marqué dans un contexte d'aversion au risque liée à l'incertitude engendrée par le décret anti-immigration de Donald Trump. À Paris, le CAC 40 progresse de 0,32% à 4.800 points vers 11h30 GMT. À Francfort, le Dax avance de 0,19% et à Londres, le FTSE prend 0,50%. /Photo d'archives/REUTERS/Kai Pfaffenbach

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes évoluent dans le vert mardi à mi-séance, soutenues par le rebond des valeurs de la finance et des banques mais Wall Street est attendue sans grand changement au lendemain d‘un repli marqué dans un contexte d‘aversion au risque liée à l‘incertitude engendrée par le décret anti-immigration de Donald Trump.

À Paris, le CAC 40 progresse de 0,32% (15,36 points) à 4.800 points vers 11h30 GMT. À Francfort, le Dax avance de 0,19% et à Londres, le FTSE prend 0,50%, porté par le rebond des valeurs liées aux ressources de base comme BHP Billiton et Anglo American qui progressent de près de 3% chacun.

L‘indice paneuropéen FTSEurofirst 300 s‘adjuge 0,14%, l‘EuroStoxx 50 de la zone euro 0,27% et le Stoxx 600 0,12%.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street quasiment stable, après la pire séance subie lundi par les trois indices de référence depuis le début de l‘année.

Les marchés attendent la réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale, qui commence ce mardi et s‘achèvera mercredi, pour savoir comment la Fed évalue la politique du nouveau président depuis son entrée à la Maison blanche, le 20 janvier.

Le ministre français de l‘Economie et des Finances Michel Sapin a estimé mardi que les premières décisions de l‘administration Trump menaçaient sérieusement le commerce mondial.

Sur le front macroéconomique, la croissance économique dans la zone euro s‘est légèrement accélérée au quatrième trimestre avec un produit intérieur brut (PIB) en hausse de 0,5% sur la période octobre-décembre et de 1,8% sur un an.

Le PIB français a également accéléré au quatrième trimestre, à 0,4%, un niveau conforme aux attentes mais insuffisant pour que 2016 s‘achève sur une meilleure note que 2015.

Le rythme de l‘inflation en France a atteint 1,4% sur un an ce mois-ci et 1,9% en Allemagne.

Au niveau de la zone euro, l‘inflation est ressortie à 1,8% sur un an en janvier, en nette accélération par rapport à la hausse de 1,1% constatée en décembre.

Le redressement de l‘inflation a relancé le débat récurrent sur la nécessité de modifier la politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) jugée par certains trop accommodante. Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, juge toutefois les inquiétudes exagérées.

Côté emploi, le nombre de chômeurs a baissé plus fortement que prévu en Allemagne en décembre et au niveau de la zone euro, il est retombé à 9,6%.

Sur le plan sectoriel, les indices du voyage et du tourisme, des médias et de la santé participent à la baisse, tandis que la hausse est soutenue par les indices de la banque, de la finance de l‘assurance, de la distribution et de l‘automobile.

Aux valeurs, Hennes & Mauritz, meilleure performance de l‘EuroFirst 300, bondit de 5,57%. La chaîne de magasins d‘habillement suédoise a annoncé une hausse inattendue de son bénéfice imposable sur la période septembre-novembre, la première en 12 mois.

Deutsche Bank avance de 2,04% après le règlement de litiges en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis.

Crédit Agricole (+1,83%), plus forte hausse du CAC 40 et BNP Paribas (+0,8%) profitent également du rebond du secteur bancaire.

Cap Gemini, deuxième plus forte hausse du CAC 40, gagne 1,7%, UBS s‘attendant à une accélération de la croissance des ventes en 2017 du spécialiste des services informatiques.

Valeo (+0,92%) et Peugeot (+1,24%) sont soutenus par des commentaires favorables de HSBC sur l‘équipementier automobile, jugé sous-valorisé, et sur le constructeur, qualifié de “meilleure valeur du secteur”.

A la baisse, Areva (-0,44%) pâtit d‘informations selon lesquelles le groupe chinois CNNC ne participera pas à l‘augmentation de capital du groupe nucléaire français.

Air France (-1,02%), comme ses pairs, souffre du décret anti-immigration américain et la CGT a appelé mardi le groupe à dénoncer cette décision.

Sur le marché des changes, le décret américain sur l‘immigration a un impact sur le dollar qui cède environ 0,1% face au yen et à l‘euro. L‘or, valeur refuge, progresse de 0,20% à 1.197,80 dollars l‘once.

Le Brent est stable et le brut léger américain recule de 0,51%, après l‘annonce de nouveaux forages aux Etats-Unis qui renforcent les doutes sur l‘efficacité de la décision d‘autres pays producteurs de réduire leurs extractions.

Claude Chendjou pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below