29 janvier 2017 / 15:33 / dans 10 mois

Apple de retour en grâce à Wall St, qui espère en l'iPhone

SAN FRANCISCO (Reuters) - Wall Street a repris goût à Apple, les investisseurs misant sur un rebond des ventes de l‘iPhone pour son dixième anniversaire, ce qui permettrait au groupe de relancer son chiffre d‘affaires.

Wall Street a repris goût à Apple, les investisseurs misant sur un rebond des ventes de l'iPhone pour son dixième anniversaire, ce qui permettrait au groupe de relancer son chiffre d'affaires. /Photo prise le 5 janvier 2017/REUTERS/Charles Platiau

Plus grosse capitalisation du Standard & Poor‘s-500, Apple est resté incontournable y compris pendant le cycle de baisse de son cours de Bourse, au premier semestre de l‘an dernier. Et son rebond récent ainsi que les spéculations sur le possible lancement d‘un nouvel iPhone ont renforcé l‘intérêt des gérants.

Le titre a gagné 15% depuis la mi-novembre et retrouvé des niveaux qu‘il n‘avait plus atteints depuis plus d‘un an, ce qui a convaincu plus de 100 fonds d‘investissement d‘entrer au capital.

Cette remontée s‘est effectuée en dépit des signes de ralentissement de la demande mondiale de smartphones, accentuée par la préférence donnée aux appareils utilisant le système d‘exploitation Android et vendus moins de 200 dollars dans des pays clés comme la Chine et l‘Inde.

Aujourd‘hui, l‘action Apple affiche un rebond de 36% par rapport à son point bas de mai dernier, lorsque le groupe souffrait des doutes croissants suscités par les ventes de l‘iPhone, qui ont subi en 2016 la première baisse de l‘histoire du produit. Le titre n‘est ainsi plus qu‘à 8% de son record de clôture, inscrit en février 2015.

A Wall Street, beaucoup s‘attendent à ce que le groupe, qui doit publier mardi ses résultats trimestriels, célèbre le 10e anniversaire de l‘iPhone en lançant un nouveau modèle.

UN “SUPERCYCLE” DE REMPLACEMENT DEUX ANS APRÈS L‘IPHONE 6?

Apple n‘a rien révélé à ce sujet mais certains analystes spéculent sur les nouveautés que ce produit pourrait intégrer, comme le chargement sans fil ou un écran incurvé, des particularités qui pourraient susciter l‘intérêt des acheteurs potentiels.

“Nous pensons qu‘il s‘agira d‘un lancement très important, vraiment quelque chose de gros”, dit Bryan Hennessey, gérant d‘Alpine Dynamic Dividend Fund, dont Apple est la ligne la plus importante. “Je crois que même les moins enthousiastes devraient admettre que ce produit sera vraiment intéressant et difficile à ignorer.”

Le nombre de fonds d‘investissement déclarant détenir des actions Apple lors des dernières déclarations trimestrielles a bondi de 188% à 288 alors que le nombre de ceux qui liquidaient leur position Apple chutait d‘un quart à 154, selon Morningstar.

Les ventes élevées de l‘iPhone 6S il y a deux ans suggèrent qu‘Apple peut compter sur une base de clientèle susceptible de remplacer leur smartphone supérieure à la moyenne historique, ce que certains analystes appellent un “supercycle”.

Katy Huberty, analyste de Morgan Stanley, s‘appuyant sur les données recueillies sur l‘offre et la demande, a revu en baisse le 16 janvier son estimation des ventes d‘iPhone pour le trimestre octobre-décembre, de 79 à 75 millions, et elle a averti que la précision d‘Apple pour janvier-mars pourrait être inférieure aux attentes. Mais elle a quand même revu en hausse son estimation des ventes d‘iPhone pour l‘ensemble de l‘exercice entamé en octobre, et Apple reste l‘une de ses valeurs préférées.

“APPLE A BESOIN D‘UNE NOUVELLE VALEUR AJOUTÉE”

Pour Trip Miller, associé-gérant du fonds Gullane Capital, la hausse récente de l‘action Apple rend le succès du prochain iPhone d‘autant plus crucial.

Il ajoute que le groupe californien redouble d‘efforts pour développer son activité de musique en ligne et d‘autres services susceptibles de générer des revenus récurrents, afin de pouvoir compenser toute faiblesse des ventes d‘iPhone, qui représentent encore 60% du chiffre d‘affaires total.

“Ils ont vraiment besoin d‘une vraie nouvelle valeur ajoutée pour le prochain produit qu‘ils sortiront”, ajoute-t-il.

Prudent lui aussi, Mark Moskowitz, analyste de Barclays, a abaissé sa recommandation sur Apple de “surpondérer” à “pondération en ligne” le 24 janvier, en jugeant que le nouvel iPhone attendu cette année pourrait ne pas suffire à dissuader une partie des clients de conserver leur smartphone actuel trois ou quatre ans plutôt que deux ou trois.

Au cours actuel, Apple est valorisé environ 12,9 fois les bénéfices attendus, un peu plus donc que sa moyenne sur cinq ans de 12,0 fois mais nettement moins que le S&P-500, dont le ratio cours/bénéfice atteint 17,2 selon les données Thomson Reuters Datastream.

Après trois trimestres consécutifs de baisse du chiffre d‘affaires, le groupe devrait avoir réalisé sur octobre-décembre un CA en hausse de 2% à 77,4 milliards de dollars, selon le consensus Thomson Reuters. Sur l‘ensemble de l‘exercice 2017, le chiffre d‘affaires devrait croître de 5,5%, après un recul de 7,7% sur l‘exercice précédent.

Marc Angrand pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below